ALGERIE : Une victoire des intégristes musulmans. Linda de Suza ne chantera pas

Article de Frédéric Fritscher paru dans Le Monde, 16 décembre 1989.

 

 

ALGERIE : une victoire des intégristes musulmans

Linda de Suza ne chantera pas


ALGER

de notre correspondant


Linda de Suza ne chantera pas à Alger. Les deux concerts, prévus de longue date et annoncés à grand renfort d’affichage public, qu’elle devait donner les 14 et 15 décembre dans la soirée, ont été annulés in extremis par le Centre de culture et d’information (CCI), qui les avait pourtant organisés avec bonheur puisque toutes les places étaient louées à l’avance. Les « difficultés techniques majeures » invoquées par les organisateurs n’ont convaincu personne. Les Algérois ont compris que l’organisme d’Etat, qui gère la salle Atlas (l’ancien Majestic) où devaient se dérouler les deux spectacles, a cédé aux pressions des intégristes.

Depuis plusieurs jours, les affiches annonçant les concerts et présentant Linda de Suza légèrement décolletée, les mains sur les hanches, une épaule en avant, dans une attitude rapidement jugée provocante en Algérie, terre d’Islam, étaient régulièrement lacérées, maculées et parfois couvertes d’inscriptions obscènes. Des prêches virulents dans les mosquées de la capitale, les propos publiés par El Mounqid (Le Sauveur), l’organe du Front islamique du salut (FIS), le parti des extrémistes religieux, désignant « la juive » embusquée derrière l’artiste, ne laissent planer aucun doute. Les fanatiques musulmans se dressent, au fil des jours, en nouveaux censeurs d’une société qui commençait pourtant à s’ouvrir.

Les pressions des intégristes et, plus généralement, l’intolérance ont été dénoncées, jeudi matin 14 décembre au cours d’une manifestation organisée par le Rassemblement des artistes et intellectuels (RAIS), qui a rassemblé une foule dense devant l’Assemblée populaire nationale (APN). La presse algérienne dénonce, elle aussi, systématiquement, depuis la fin novembre, les abus des extrémistes et les violences dont sont souvent victimes les femmes.

Dans son édition de jeudi, le quotidien du soir Horizons, qui consacre une page entière au sujet, s’indigne de l’annulation des concerts de Linda de Suza et se demande si « cette affaire » ne risque pas d’ouvrir « la voie à des forces occultes de tous bords qui entendraient s’ériger par la violence en directeurs de conscience de la nation ». En remarquant que « Le Pen n’est plus intouchable » depuis la levée de son immunité parlementaire et après avoir énuméré succinctement « le chantage public, l’appel à la violence, l’incitation à la haine, la diffamation », le quotidien s’interroge : « Le micro de la mosquée offre-t-il toutes les impunités ? » Algérie Actualité, l’hebdomadaire le plus libre de ton de la presse algérienne, considère que l’annulation de ces galas intervient dans « le contexte plus large d’un fascisme rampant » qui décide sommairement de ce qui est « halal » (autorisé) et de ce qui est « haram » (péché).

 

FREDERIC FRITSCHER

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *