Ali : Lettres d’Alger

Lettres publiées dans Le Brise-Glace, n° 2-3, printemps 1989, p. 28.

 

 

Début octobre 1988

Bonjour,

(…) J’ai passé une dizaine de jours au bord de la mer (…) la mer ici c’est tout ce qui reste de beau. Notre pays est en train de vivre un moment très difficile, une grande crise économique. L’inflation bat son plein, ce qui augmente le nombre des corrompus d’un chiffre considérable. La corruption est partout. Ça touche même les couches du peuple. Le peuple souffre et se lamente avec un silence qui se fera entendre bien haut tôt ou tard. Car il y a ici un vrai ras-le-bol. Mais voilà, malheureusement, les leaders manquent, l’organisation des masses populaires n’existe pas. Le parti du FLN n’est qu’un ramassi d’affairistes corrompus et vendus, une sorte de mafia qui ne fait que sucer le peuple. Il n’y a pas un directeur de société en Algérie qui n’est pas un voleur. L’argent est détourné par milliards par les DG, qui ne risquent que quelques mois de prison. Du moment que toutes [c]es personnalités se sucrent au passage. Même le président est complice ainsi que toute sa famille. Dernièrement il y a eu un mec ici qui avec la complicité d’un DG de banque a détourné plus d’une demi-douzaine de milliards ; il a été arrêté quelques semaines en même temps que le directeur général de la banque qui était en Suisse et fut ramené par Interpol. Résultat, ils n’ont été arrêtés que quelques semaines et ils ne sont plus inquiétés. Ce mec, je le vois toujours rouler avec sa Porsche en méprisant tout le monde. Et s’ils n’ont pas été inquiétés c’est que le fils à Chadli (un vrai enculé) et le fils d’un général (aussi enculé que le premier et que son père) ont été mouillés là-dedans. Tandis que le peuple est raquetté à ne plus en pouvoir. Le socialisme ? Qu’est-ce que c’est ? Ceux qui ne connaissent pas vraiment le socialisme ont fini par le haïr car ils le voient selon le style du régime algérien. Et le pire c’est que Chadli et sa clique sont en train de vendre le pays à l’Occident et surtout aux USA. Les autorités algériennes ont même expulsé des ressortissants algériens que la France réclamait, et tout ça en cachette. Ce qui veut dire si que la France ou les USA veulent liquider ou condamner tel ou tel Algérien, ils n’ont qu’à agir par l’intermédiaire des autorités de chez nous. Ce qui est vraiment révoltant ! (…) Voilà ce qu’est devenu notre pays. Pour pouvoir faire quelque chose ici, c’est difficile. Tout le monde est noyauté car ils ont peur et ils savent que ça ne va pas durer trop longtemps. Mais voilà, il manque le matériel de propagande en premier pour informer le peuple et le préparer. Ensuite l’argent et les armes. Mais pour avoir tout ça c’est un rêve dans un pays comme celui-ci. Car les gens ne pensent qu’à s’enrichir et deviennent de plus en plus égoïstes.

Personnellement je vais quitter le pays ce mois-ci, je te contacterai là où je serai. (…)

Ali

 

Le 27.12.88

Bonjour,

Je t’ai envoyé une lettre juste avant les événements mais je pense qu’elle a été interceptée comme beaucoup de lettres, car tout le courrier du « peuple algérien » était vérifié de peur qu’on sache la vérité, mais la vérité se sait déjà !

Je t’avais parlé du ras-le-bol du peuple et on savait très bien ce qui allait se passer. Ces événements ou plutôt cette révolte des « mômes » je l’ai vécue de très près, vu que j’étais dans la mêlée ou plutôt en 1ère ligne par moments. Malheureusement j’étais très malade et faible ; j’étais obligé d’aller me reposer chez moi pour reprendre des forces à chaque fois qu’elles m’abandonnaient.

Ce qui s’est passé chez nous ne s’est vu nulle part dans Je monde, même pas au Chili ni en Palestine où les soldats n’ont tiré qu’au bout de 4 mois (Le premier ministre israélien a dit : « Ce que nous avons tué en 8 mois, les Algériens l’ont fait en 2 jours ! Donc aux Algériens revient la médaille de la répression ! ») En deux jours plus de 200 morts et le vrai bilan s’élève à plus de 500 morts. Dans mon quartier, nous avons enterré deux mômes de 10 ans et de 11 ans (les plus jeunes), le plus jeune blessé (dans mon quartier) a un an, tandis qu’une mère est morte avec son bébé dans le ventre. Mon ami a été abattu à l’âge de 19 ans en voulant secourir un blessé par terre. Dans notre secteur, il y a eu 30 tués à peu près et plus d’une centaine de blessés. Personnellement j’ai essuyé plusieurs rafales de MAT 49 et si je suis en vie c’est que le tireur à moins de 50 mètres tirait mal et que les MAT 49 manquent de précision entre les mains de mauvais tireurs, tandis que les Kalach m’ont obligé de garder une bonne distance et de me planquer même. Je ne sentais aucune peur mais j’étais conscient pour ne pas être tué tandis que les jeunes se jetaient devant les chars et les mitrailleuses comme des kamikazes vue l’inconscience de leur âge. Malheureusement on n’avait pas d’armes ni de moyens pour arrêter surtout les chars. On n’y était pas préparé (maintenant non loin d’Alger il doit y avoir presque 400 chars qui attendent je ne sais quoi !) Ces fachos nous ont tiré dessus pendant les obsèques, en allant enterrer 3 tués dont les 2 enfants. Ils n’ont eu aucun respect pour les morts (tu me diras qu’ils ne les ont pas respectés vivant !). J’ai vu 6 personnes tombées pendant le cortège funèbre.

Je te passe tant de choses vécues et tant d’horreurs vues pour te raconter que chez nous on a hérité de l’impérialisme français ; entre autres défauts la torture ! L’après-révolte a été impitoyable. Les Français étaient des tendres à côté de cette race de monstres. Certains jeunes ont été achevés car après les avoir tellement torturés ils ne pouvaient pas les laisser partir dans l’état où ils les avaient mis, ça aurait été un très mauvais témoignage contre eux. Tandis que les plus jeunes mômes ont subi les sévices sexuels les plus horribles, chanceux ceux qui n’ont été que violés ou sodomisés ! Certains ont été émasculés ! Dans quel pays as-tu entendu parler de ça ?! lncroyable ! (… )

Ali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *