Errico Malatesta : La Révolution

Article paru dans Le Réveil anarchiste, n° 1026, 22 juillet 1939.

Portrait of Errico Malatesta (Santa Maria Capua Vetere, 1853-Rome, 1932), Italian anarchist.

Il y a en France de braves gens fai­sant la propagande pour l’économie de l’abondance devant remplacer l’économie des restrictions et des destructions en même temps, propre au capitalisme. Comme moyen de réalisation, il préco­nisent une Constituante. Dans l’immé­diate après­ guerre, lorsque sur toute l’I­talie soufflait un vent de révolution, de braves gens aussi proposaient de s’en tenir à la convocation d’une Constituan­te, ce qui, d’ailleurs, ne fut pas même tenté. Notre camarade Malatesta y était naturellement opposé et en donnait d’ex­cellentes raisons. Et, bien entendu, il s’entendit faire cette objection : « Mais que voulez­-vous à la place de la Consti­tuante ? » A quoi il répondit :

«La Révolution. Et par Révolution nous n’entendons pas uniquement l’épi­sode insurrectionnel, qui est d’ailleurs indispensable, à moins que, chose peu probable, le régime ne tombe de lui-­mê­me en décomposition, sans besoin d’une poussée venant du dehors, épisode qui resterait aussi stérile s’il n’était pas sui­vi de la libération de toutes les forces latentes du peuple et ne servait qu’à remplacer un état de contrainte par une nouvelle contrainte.

La Révolution est la création de nou­velles institutions, de nouveaux groupe­ments, de nouveaux rapports sociaux ; la Révolution est la destruction des pri­vilèges et des monopoles ; c’est un nou­vel esprit de justice, de fraternité, de li­berté qui doit renouveler toute la vie sociale, élever le niveau moral et les conditions matérielles des masses en les appelant à déterminer par leur œuvre directe et consciente leurs propres des­tins ; la Révolution est l’expropriation des parasites, afin que tous aient les moyens de travail ; la Révolution est l’organisation de tous les services pu­blics par ceux qui y travaillent, faite dans leur intérêt et celui du public ; la Révolution est la destruction de tous les liens imposés, c’est l’autonomie des groupes, des communes, des régions ; la Révolution est la fédération libre faite sous la poussée de la fraternité, des in­térêts individuels et collectifs, des né­cessités de la production et de la défen­se ; la Révolution est la constitution de myriades de libres groupements selon les idées, les désirs, les besoins, les goûts de toute espèce existant dans la popula­tion ; la Révolution est la formation et la dissolution de mille corps représenta­tifs, de quartier, communaux, régionaux, nationaux, corps qui, sans avoir aucun pouvoir législatif, servent à faire connaître et harmoniser les désirs et les intérêts des gens proches et lointains et qui agissent par les renseignements, les conseils, l’exemple. La Révolution est la liberté éprouvée dans les creusets des faits — et dure aussi longtemps que la liberté, c’est­-à-dire jusqu’à tant que d’autres, — profitant de la lassitude qui survient chez les masses, des inévitables déceptions qui suivent les espoirs exagérés, de possibles erreurs et fautes des hommes,— ne parviennent à constituer un pouvoir, qui, en s’appuyant sur une armée de conscrits ou de mercenaires, fasse la loi, arrête le mouvement au point où il en est et commence la réaction. »

Errico Malatesta

Une réponse sur “Errico Malatesta : La Révolution”

  1. Visiblement on est encore au même point qu’en 1939 …logique tant que la source des problèmes, le capitalisme sauvage, n’a pas été tarie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *