Catégories
presse

Le PAGS au service de la bourgeoisie

Article paru dans Travailleurs immigrés en lutte, n° 33, juillet-août 1979, p. 12-13

Usine de bouchons en liège en Algérie, en avril 1979. (Photo by Michel HUET/Gamma-Rapho via Getty Images)

La mort de Boumédiène a déclenché une lutte pour sa succession entre les différentes fractions de la bourgeoisie algérienne.

Partisans de la continuité (maintien du rôle prépondérant de l’Etat dans l’économie), et partisans du changement (privatisation de l’économie) se sont affrontés sans pour autant qu’il y ait de vainqueur définitif.

Les différents protagonistes se sont partagés les rênes du pouvoir en attendant mieux. Ils ont préféré le compromis, sachant que malgré leurs rivalités, il fallait faire front contre les masses laborieuses.

Le PAGS, tenant de l’étatisation de l’économie, qui est pour lui la caractéristique fondamentale du soi-disant socialisme dont il se réclame, a soutenu après la mort de Boumédiènc le clan du « progressiste » Yayaoui contre le « réactionnaire » Chadli. Mais après l’alliance des deux hommes politiques, les staliniens ont décidé après une brève hésitation) de soutenir le régime en place.

En réalité, il y a tout lieu de croire que, tant que le PAGS continuera à avoir quelques strapontins dans l’appareil d’Etat, son attitude à l’égard du régime ne changera pas.

Or, comme Chadli et son équipe continuent à tolérer le PAGS, celui-ci n’en demande pas plus pour voir en eux des « défenseurs des acquis nationaux anti-impérialiste et de l’option socialiste ».

De toutes les manières, le soutien du PAGS au régime bourgeois algérien n’a rien d’étonnant. Rappelons que depuis longtemps déjà le PAGS appelle les travailleurs à « la bataille de la production » ; depuis longtemps déjà il calomnie les grèves ouvrières, et s’est fait le propagandiste le plus zélé des différents aspects de la politique du régime en Algérie.

Alors que les hausses de prix, les pénuries, le manque de logements, etc…, en un mot alors que la situation des masses laborieuses continue à se dégrader en Algérie, le PAGS par son soutien au régime, montre bien dans quel camp il se place et quels intérêts il défend.

Le PAGS propose aux travailleurs de subir en silence l’exploitation, la répression et l’arbitraire capitaliste. La réalité de tous les jours, les conditions de vie désastreuses des travailleurs, montrent à ceux-ci qu’ils n’ont rien à attendre de la bourgeoisie, toutes fractions réunies. Contre la bourgeoisie d’Etat et la bourgeoisie privée, les masses laborieuses n’ont pas d’autre alternative que la lutte autonome pour la défense de leurs intérêts historiques et immédiats.

2 réponses sur « Le PAGS au service de la bourgeoisie »

Merci beaucoup pour votre soutien ! N’hésitez pas à faire connaître le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *