Catégories
presse

Note de lecture : « Les femmes dans l’Islam » de Y. Nawal

Article paru dans Travailleurs immigrés en lutte, n° 44, octobre 1980, p. 5-8

Le livre récemment paru de Yasmina Nawal (Ed. La Brèche) « les femmes dans l’Islam » est à remarquer pour plusieurs raisons : d’abord parce qu’il représente une des rares études marxistes de la situation des femmes en général, et ensuite parce qu’il compte parmi les analyses plus rares encore de classe de la place des femmes dans la société musulmane.

Même s’il est assez succinct, il offre un certain nombre d’éléments de réflexion, et démolit certaines idées toutes faites complaisamment répandues par l’idéologie bourgeoise : notamment celles selon lesquelles le Coran constituerait une protection des droits de la femme, ou d’après lesquelles le voile aurait apporté par l’Islam, etc.

Il montre, s’il en était besoin, comment le Coran, en tant que code politique, juridique et même économique, est venu au 7ème siècle consolider l’édification de l’Etat médinois musulman, et comment il réglemente et légifère rigidement la famille patriarcale et du même coup l’oppression des femmes.

AVANT L’HEGIRE

Dans la société pré-islamique, l’organisation tribale des groupes nomades garantissait une relative autonomie des femmes ; elles avaient tout au moins une place à part entière et certainement une marge de liberté plus grande qu’elles n’en eurent jamais depuis. Cette société correspond à ce qu’Engels nomme « le stade supérieur de la barbarie », c’est-à-dire grossièrement à des tribus vivant de troc, organisées démocratiquement, semblables à la « démocratie primitive » que maintinrent jusqu’à peu certains villages kabyles par exemple.

De plus, aucune religion monothéiste n’ayant cours à l’époque, aucun Etat n’étant encore constitué pour imposer son droit et ses institutions – ainsi que sa coercition – à tous, et les liens conjugaux étant en outre fort souples, on peut dire que la femme ne connaissait pas alors d’oppression spécifique. Seul son rôle de reproductrice lui conférait au sein de la tribu une grande importance, le nombre de membres que comptait une tribu étant décisif pour sa survie : aussi, il est vrai, l’enlèvement de quelques femmes lors des représailles inter-tribus représentait un moyen d’affaiblir le groupe rival, de « venger le sang versé », – quoique ce phénomène ne connut sa véritable ampleur que sous la société patriarcale.

Par contre, avec l’apparition de la monnaie, avec l’avènement d’une société mercantile, avec le processus d’accumulation financière, bref le surgissement de la propriété privée (conformément aux analyses de A. Kollontaï, « Conférences sur la libération des femmes », Ed. La Brèche), la prédominance de l’homme s’instaura avec son corollaire : l’exclusion des femmes de la propriété et de la vie sociale active.

Alors commença une période noire pour elles.

Consolidation de l’Etat et mise en tutelle des femmes

Le Wa’d, c’est-à-dire l’inhumation des petites filles vivantes, les femmes, volées comme trophées de guerre, leur rapt, la polygamie, la famille patriarcale dans laquelle les femmes sont des esclaves totalement soumis à l’autorité de l’homme, voilà quels sont les traits les plus marquants de cette période.

Destinées aux tâches les plus fastidieuses de l’agriculture et de la cuisine, quand ce n’est pas à la prostitution, écartées des activités guerrières sur lesquelles se fondaient les valeurs sociales, le mariage, la possession des femmes par les hommes, leur fidélité – pour que leurs enfants puissent être reconnus comme la propriété d’un seul homme -, bref leur mise en tutelle complète sans recours possible va leur être imposée. Cela institutionnalisera la filiation masculine et le droit à l’héritage paternel.

Mais dès cette époque, une hiérarchie de classe est apparue : des femmes esclaves (enlevées par leurs ravisseurs aux autres tribus), aux femmes des familles polygamiques, jusqu’aux femmes de l’aristocratie mecquoise c’est-à-dire riches, reconnues et ayant accès à la poésie, etc., elles-mêmes possesseurs d’esclaves, la situation changera totalement. De même, entre les prostituées pauvres et celles de « haut vol », comparables aux hétaïres grecques de l’antiquité, qui sont à peu près les seules femmes libres de l’époque, quelquefois poètes, en général indépendantes financièrement et sans tutelle, le fossé est énorme.

C’est en quelque sorte cette société patriarcale extrêmement répressive pour les femmes, que le Coran et l’Islam vont venir théoriser et institutionnaliser parallèlement à l’édification de l’Etat médinois musulman.

Il est certain que, en corollaire avec l’évolution économique de la société médinoise et des tribus voisines, et de ce fait avec la limitation des vendettas et razzias, avec le besoin d’une organisation familiale non plus anarchique, mais solide et réglementée (la famille est un des piliers de l’Etat de classe), certaines pratiques particulièrement répressives pour les femmes vont disparaître et tomber en désuétude : l’inhumation des filles vivantes, la polygamie illimitée, l’absence d’héritage pour les femmes. Mais dans tout cela le Coran ne fit que légiférer, réglementer et renforcer les tendances dominantes de l’évolution qui existaient déjà. Aussi le Coran ne joua-t-il aucun rôle « progressiste » comme on l’a prétendu. Il n’a fait que reprendre à son compte la tendance générale qui apparaissait dans le code familial, et il n’a en rien supprimé les traits les plus caricaturaux de l’abaissement des femmes, rapports marchands, tutelle, vente (dot), pouvoir total de l’homme, exclusion de toute vie économique et confinement domestique, asservissement, etc.

Le code qu’il instaure est grossièrement le suivant :

– la polyandrie (relations d’une femme avec plusieurs hommes) va être définitivement interdite.

– l’héritage, réglementé, ne va accorder aux femmes que la moitié de la part de l’homme.

– la polygamie va être limitée à quatre femmes.

– le concubinage avec les esclaves et les captives va être réglementé.

– les enfants adoptés vont être soustraits à tout héritage.

Le voile, quant à lui, est systématisé ; non pas qu’il s’agisse d’une prescription « d’allah » (!), mais parce que c’était une pratique déjà courante, datant de l’apparition de la propriété privée, par laquelle les nobles de l’aristocratie quoraychite, assimilant leurs femmes à leurs biens et propriétés personnelles leur imposèrent le port du voile pour les distinguer des prostituées, des esclaves et du reste des femmes du peuple !

Le mariage, contrat pris entre les familles souvent lors même que la femme était encore enfant, avec ses trois formes de répudiation formulées oralement par l’homme et qui retiraient en un mot toutes ses ressources à la femme, la livrait pieds et poings liés à la volonté du « maître ». La dot, par laquelle elle était achetée à sa famille pour compenser la perte de main d’oeuvre, était systématisée.

Bref, tout cela est bien connu de nous, pour la bonne raison que, au 20ème siècle, c’est-à-dire 13 siècles après c’est en grande partie la même situation que connaissent les femmes des pays musulmans. Alors, qui veut nous convaincre que l’Islam défend et protège la femme ? Ne présente-t-il pas au contraire l’illustration religieuse de l’idéologie bourgeoise qui légitime le fait que la femme soit esclave au sein de sa propre famille, éternelle mineure, sans droits aucuns, valeur marchande que l’on vend et achète au gré des besoins du père ou du mari ?

Aujourd’hui, l’Islam au service du capitalisme

Il serait tout à fait erroné de nos jours de mettre en parallèle le sort des femmes de tous les pays musulmans. On se doute bien que de l’Inde à l’Afrique noire en passant par la Mauritanie ou l’Algérie, les choses diffèrent du tout au tout. Pour la bonne raison que selon leur histoire politique personnelle, selon leur différent niveau d’accession au capitalisme, à l’industrialisation, selon qu’ils sont sortis d’une guerre de libération nationale ou non, toutes les classes dominantes bourgeoises de ces pays n’ont pas choisi de se servir de l’Islam de la même façon.

Tout dépend en dernier recours de la structure économique des différentes sociétés : la Mauritanie, les tribus sahraouies ou touaregs, qui conservent encore aujourd’hui des vestiges d’organisation matrilinéaire, n’accordent pas la même situation à leurs femmes ni n’ont été islamisées de la même façon que l’Egypte ou l’Arabie Séoudite par exemple.

Le cas des femmes sahraouies est à cet égard exemplaire : les hommes étant contraints d’aller se battre à travers le désert, les femmes se sont retrouvées maîtresses des camps, devant assurer toute la gestion du matériel, la vie du groupe, l’éducation des enfants et même la défense du camp (un certain nombre d’entre elles sont organisées en unités combattantes et armées). De même, elles qui étaient auparavant relativement exclues de la vie communautaire, elles sont aujourd’hui à la tête de l’organisation économique des groupes. Nul doute qu’une fois la guerre terminée, il sera dur de les exclure à nouveau du circuit : les femmes auront fait là l’expérience de leur solidarité et de leurs intérêts communs.

Dans certains pays du Moyen-Orient, par contre, qui sont des pays capitalistes comportant encore des vestiges de féodalisme, la situation des femmes est sans doute la pire : la famille est encore forte, la femme souvent cloîtrée, dépossédée, sans aucun droit, et la pression de l’Islam désastreuse. C’est d’ailleurs dans ces pays que l’on trouve la forme la plus sanglante de l’oppression féminine ; les mutilations sexuelles (excision, c’est-à-dire ablation du clitoris) – pratiquées dans certaines régions de l’Egypte, Arabie, Yemen, etc.

Dans d’autres pays, où l’industrialisation est en progrès, où la famille patriarcale se disloque au profit de la famille seulement constituée du père, de la mère et des enfants (comme la tendance l’indique dans les grandes villes du Maghreb par exemple), le code juridique de l’Islam tombe petit à petit en désuétude car ne correspondant plus à la structure de la société, – quoique ce ne soit qu’une tendance, non encore achevée, loin de là -.

A moins bien sûr, comme c’est le cas pour l’Algérie, par exemple, que l’idéologie bourgeoise tâche de revivifier l’esprit « arabo-islamique » avec tout ce que cela comporte d’obscurantisme, pour tenter de recréer un sentiment d’unité nationale et d’avoir une meilleure main-mise sur les masses rendues fatalistes et abruties par la religion. Et les femmes, dans un cas comme dans l’autre font les frais les premières d’un dogme qui sert directement les intérêts des classes dominantes ; la famille bourgeoise, avec la femme asservie, n’ayant pas accès au monde du travail, est le pilier et le meilleur garant de la pérennité du capitalisme.

Bref, le livre de Yasmina Nawal est un pas dans le travail à faire pour mieux comprendre les causes de l’exploitation et l’oppression séculaire des femmes, et particulièrement dans les pays arabes. Il contribue à faire comprendre aux femmes de nos pays, et surtout aux femmes des classes ouvrières et laborieuses, quels sont leurs intérêts de classe et leurs perspectives concernant leur émancipation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *