Catégories
presse tracts

En Algérie : Sur la « charte nationale », un tract du Parti

Tract reproduit dans Le Prolétaire, n° 222, du 15 au 25 juin 1976

François Mitterrand s’entretient avec Houari Boumédiène lors de son déplacement en février 1976 en Algérie. (Photo by Alain MINGAM/Gamma-Rapho via Getty Images)

PROLETAIRES ! CAMARADES !

Le régime de Boumediène vient de soumettre à un débat populaire l’avant-projet de charte nationale censée représenter la cristallisation d’une « expérience socialiste » et la formulation d’une stratégie d’un énième « socialisme national ».

Notre parti, aussi petit soit-il aujourd’hui, a le devoir de vous rappeler que le socialisme ne peut naître à la suite de la publication d’une quelconque charte, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une charte nationale émanant d’un Etat qui n’est autre que le défenseur des intérêts des classes dominantes.

CAMARADES !

Face à l’Etat bourgeois qui prétend instaurer le socialisme dans le cadré national et sans toucher aux intérêts fondamentaux de la bourgeoisie et des classes moyennes, nous ne pouvons que vous appeler à rompre le front national dans lequel vos intérêts ne peuvent qu’être subordonnés à ceux des classes dominantes.

La classe ouvrière ne peut attendre une amélioration de ses conditions de vie, de travail et de lutte sans les progrès de son union dans la lutte contre le capital.

Sans nous soucier de l’économie nationale, organisons-nous et luttons, malgré la bureaucratie syndicale et les partis officiels et semi-officiels et contre eux, pour arracher à l’Etat bourgeois :

– UNE AUGMENTATION IMPORTANTE DES SALAIRES ;

– UNE DIMINUTION RADICALE DU TEMPS DE TRAVAIL ;

– LE SALAIRE INTEGRAL AUX CHOMEURS ;

– LE DROIT DE GREVE DANS LE SECTEUR PUBLIC ;

– LE DROIT D’ASSOCIATION ET DE REUNION ECONOMIQUE ET POLITIQUE ;

– UNE REFORME AGRAIRE RADICALE.

CAMARADES !

Cette lutte est une lutte de défense dont les résultats seront toujours remis en question tant que la classe ouvrière, organisée en parti politique de classe, ne se sera pas emparée du pouvoir par la révolution prolétarienne, n’aura pas instauré sa dictature de classe, seul moyen d’ouvrir la voie de la transformation socialiste de la société. Mais dans cette lutte, pourvu qu’elle soit menée de façon indépendante, peut se forger l’union des travailleurs qui est un outil indispensable de l’émancipation révolutionnaire.

VIVE LA REVOLUTION COMMUNISTE INTERNATIONALE !

VIVE LA DICTATURE DU PROLETARIAT !

VIVE LE PARTI COMMUNISTE MONDIAL !

Parti communiste international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *