« Pierre est parti, Mohamed a pris sa place ». Les oppositions algériennes à l’heure du socialisme spécifique (1974-1982)

J’ai le plaisir d’annoncer la publication de mon dernier texte intitulé « ‘Pierre est parti, Mohamed a pris sa place’. Les oppositions algériennes à l’heure du socialisme spécifique (1974-1982) », dans l’ouvrage dirigé par Karima Dirèche, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements (Paris, IRMC-Karthala).

En voici les premières lignes :

« Une opposition plurielle

« Les communistes authentiques se souviendront de la figure de combattant révolutionnaire du premier Messali Hadj et ils n’oublieront jamais que sa véritable mort a eu pour cause le terrible isolement de la révolte des masses coloniales » (Journal Le Prolétaire, 1974a, 2). Cet hommage dialectique rendu au dirigeant historique du nationalisme algérien dans Le Prolétaire – organe du Parti communiste international édité par les partisans d’Amadeo Bordiga, chef de file de l’aile gauche de l’Internationale communiste – constituait une réponse à un article à charge paru dans Lutte ouvrière (Chablis, 1974). Ce dernier texte constatait avec sévérité la « seconde mort » de Messali, pionnier du mouvement indépendantiste, progressivement marginalisé à partir de 1954, décédé à Paris le 3 juin 1974 et enterré trois jours plus tard à Tlemcen « devant une foule énorme » (Dechézelles, 1974).

Continuer la lecture de « « Pierre est parti, Mohamed a pris sa place ». Les oppositions algériennes à l’heure du socialisme spécifique (1974-1982) »

Bolchévisme et communisme de conseils

Article paru dans les Cahiers du Communisme de Conseils, n° 5, mars 1970, p. 1-8.

Faire connaître le « Communisme de Conseils » n’est pas une petite affaire pour une modeste revue trimestrielle. Il nous faut publier l’oeuvre des camarades qui, dès avant la guerre de 1914 virent dans les « soviets » russes et les « conseils » allemands l’organe autonome du prolétariat et l’ébauche d’une société sans classe, et combattirent la social-démocratie et plus tard contre le bolchévisme. Ces camarades furent plongés dans une période riche en événements d’importance mondiale, et leurs écrits, pour être bien compris doivent être replacés dans ce contexte.

Continuer la lecture de « Bolchévisme et communisme de conseils »

D’où vient le poids du clergé iranien ?

Article paru dans Le Prolétaire, n° 277, 18 novembre-1er décembre 1978, p. 1-2.

En une quinzaine d’années, l’économie iranienne a été successivement entraînée par le sabre dans la tourmente de la transformation des campagnes, puis littéralement happée par le tourbillon d’un développement industriel exponentiel permis par l’accroissement vertigineux de la rente pétrolière. Le coup de frein brutal mis à cette course délirante dont tous les membres étaient maintenus ensemble par la poigne de «l’armée la plus moderne du monde», devait projeter le pays dans une crise sans précédent. Cette crise a mis en mouvement des masses humaines immenses, révélant le décalage extrême entre le modernisme économique importé grâce à un Etat totalitaire et puissamment centralisé, agent d’un industrialisme généralisé, et une arriération sociale qui n’a pu encore être dépassée.

Continuer la lecture de « D’où vient le poids du clergé iranien ? »

Edgar Morin : La révolution anticoloniale

Article d’Edgar Morin paru dans Arguments, 2e année, n° 10, novembre 1958, p. 27-31.

 

 

III. La révolution algérienne et la gauche française

Que l’on s’entende bien. Je suis internationaliste et non nationaliste. Je ne respecte pas le nationalisme algérien comme un nationaliste éclairé respecterait un nationalisme étranger, légitime comme le sien propre. Au fait, je ne respecte rien. Ce qui mérite d’être reconnu et défendu, dans le nationalisme algérien, c’est la revendication à la dignité et l’égalité de 8 millions d’êtres humains, et c’est la condamnation d’un système colonial et raciste. Continuer la lecture de « Edgar Morin : La révolution anticoloniale »

« El Oumami » : Du léninisme au nationalisme ouvert

Article paru dans Le Communiste, n° 15, novembre 1982, p. 35-37.

 

 

Le groupe « El Oumami » (« L’Internationaliste ») section du « P .C. I. » (« Le Prolétaire » ‑ « Programme Communiste ») pour l’Algérie vient de quitter avec « armes et bagages » cette organisation. Conséquence d’une « crise larvée (qui) ronge le parti communiste international depuis au moins un an », c’est sur l’appréciation des événements du Liban (1) et plus particulièrement sur la « légitimité du sentiment national arabe », sur le soutien plus ou moins ouvert au nationalisme palestinien impli­quant de facto la participation à la boucherie capitaliste, que s’est effectuée cette scission organisationnelle. Continuer la lecture de « « El Oumami » : Du léninisme au nationalisme ouvert »

Ammour, Leucate et Moulin : La voie algérienne

Extrait de : Kader Ammour, Christian Leucate et Jean-Jacques Moulin, La voie algérienne. Les contradictions d’un développement national, Paris, François Maspero, 1974, p. 175-176.

voiealgérienne

Pour une alternative révolutionnaire

Face à la montée de la bourgeoisie industrielle, face à l’approfondissement de la dépendance vis-à-vis de l’impérialisme, face au durcissement des antagonismes sociaux et de l’oppression politique, face à la mystification idéologique des discours socialisants de la technocratie, il n’est pas d’autre issue historique, pour le prolétariat algérien et les masses rurales, que de se libérer de la tutelle exercée par la petite bourgeoisie bureaucratique, que de s’affirmer de manière autonome comme force sociale organisée ayant vocation dès maintenant à assurer la pleine direction politique du processus révolutionnaire. Continuer la lecture de « Ammour, Leucate et Moulin : La voie algérienne »

Maxime Rodinson : Marxisme et monde musulman

Extraits de Maxime Rodinson, Marxisme et monde musulman, Paris, Le Seuil, 1972.

9782020021814-fr-300

Sur les arabophiles sentimentaux, p. 19-20 :

L’expérience stalinienne m’avait fait comprendre que la légitimité de la protestation d’un ensemble d’hommes exploités ou opprimés ne suffisait pas à garantir leur impeccabilité, la justesse de leurs programmes, de leurs stratégies et de leurs tactiques. Cela ne s’applique pas seulement aux prolétaires et aux couches sociales défavorisées de l’Europe. C’est tout aussi vrai des peuples du monde musulman et notamment des peuples arabes. Continuer la lecture de « Maxime Rodinson : Marxisme et monde musulman »

Le conflit algéro-marocain : la guerre arrange tout, mais après?

Article paru dans Le Prolétaire, n° 4, novembre 1963, p. 5.

 

 

L’éclatement du conflit algéro-marocain apporte une nouvelle confirmation à la thèse marxiste sur l’impuissance des mouvements nationaux anti-colonialistes – privés par la trahison de l’opportunisme « communiste » de l’aide du prolétariat métropolitain – à atteindre les objectifs les plus immédiats et les plus modestes. Continuer la lecture de « Le conflit algéro-marocain : la guerre arrange tout, mais après? »