M. Maurice Clavel s’adresse au général de Gaulle

Article publié dans Le Monde, le 29 juin 1968

M. Maurice Clavel écrit dans Combat sous le titre « Asile » ;

« Mon général, j’ai suivi le procès Pétain. Je fus le moins âpre des journalistes issus de la Résistance. Le seul crime qui m’apparut inexpiable, sur lequel la défense faiblit et se déroba, le seul qui emporta, selon moi, la condamnation capitale de principe, ce fut d’avoir livré à l’ennemi les étrangers antifascistes, Allemands, Espagnols, Italiens, qui avaient asile en France.

« En 1962, lors des accords d’Evian, un jour, vers 17 heures, l’avocat de Messali Hadj me signala que vos préfets libéraient en France les prisonniers M.N.A. pour les expédier en Algérie, donc à la mort. A 18 heures, je déposai une lettre à l’Élysée, où vous deviez revenir vers 19 heures. Le soir même, cet avocat m’informa que ces mesures étaient arrêtées net, annulées.

« Votre gouvernement expulse aujourd’hui des étrangers. Et sans doute, ils ont pu militer contre vous, et les remettre à leur démocratie d’origine n’est pas un crime. Mais pensez au sort des Espagnols, Portugais, Algériens, notés comme adversaires par les polices auxquelles votre police les rend.

« Et s’il vous plaît de songer à mes deux exemples historiques, si différents, lequel de ces deux hommes voulez-vous être ? »

2 réponses sur “M. Maurice Clavel s’adresse au général de Gaulle”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *