Catégories
presse

J.-M. Chambéry : Des jeux ?

Article de J.-M. Chambéry paru dans Courant alternatif, n° 79, octobre 1988, p. 32-35

1988/06/01: Demonstrators at a University in Seoul. (Photo by Gerhard Joren/LightRocket via Getty Images)

La Corée, un peuple, une langue, une culture, une même histoire jusqu’à il y a peu. Et pourtant deux Etats. Au Nord, une dictature communiste ; au Sud une dictature militaire. Au sud, des manifestations qui se multiplient contre le régime en place, contre les bases US, pour la réunification des deux Corées… Et parallèlement une répression qui s’intensifie. Que ce soient cocktails Molotov ou marches pacifistes, la réponse du pouvoir est toujours la même: les matraques, les arrestations, les tortures. Une répression que le pouvoir peut légitimer après l’élection démocratique n’est-elle pas le moyen de choisir son oppresseur ? – de Rho Dae Woo, candidat des militaires, à la tête de l’Etat.

Et c’est dans ce climat de pré-guerre civile qui agite la Corée du Sud que se sont ouverts les XXIe Jeux Olympiques. Des Jeux dits de l’amitié qui sont censés pousser à une trêve de tous les conflits !

Alors va-t-on demander aux étudiants sud-Coréens d’embrasser les forces anti-émeutes ?

A quoi cela servirait-il donc ? Le soi-disant idéal olympique de paix et
d’amitié n’a jamais été respecté, et loin de favoriser un climat fraternel, les Jeux Olympiques, comme toutes les compétitions. entretiennent un climat d’affrontement et de rivalité.

L’HYPOCRISIE DE L’IDEAL OLYMPIQUE

Chaque pays cherche à obtenir le maximum de médailles par fierté nationale et utilise le sport comme moyen de propagande pour exprimer sa suprématie; voir l’affrontement USA/URSS qui prend l’allure d’un affrontement idéologique entre les deux blocs. De plus en plus, les pays vont sacrifier au sport et chercher à développer les installations, les clubs, pour en arriver au professionnalisme total, rompant avec “l’amateurisme amical» (ou soit-disant tel) des débuts.

Cette importance accordée à la victoire sera transmise à la population, déclenchant en elle des relents nationalistes et chauvinistes aux conséquences détestables. On agitera frénétiquement le drapeau de son pays et l’on se tiendra droit quand retentira l’hymne national, oubliant toute notion d’internationalisme. Ce n’est pas une démonstration de sport que demande cette population de supporters, c’est la victoire de leur équipe et le décorum-spectacle des jeux (un sondage a montré que l’épreuve la plus populaire… c’est la cérémonie d’ouverture !!!). L’assimilation aux compétiteurs est telle que lorsque tel champion national est vaincu, ces supporters se sentent humiliés et ressentent le devoir de venger l’affront. Et le fait que le champion national ait été particulièrement mauvais lors de l’épreuve n’a que très peu d’importance… la seule chose qui compte, aux yeux des supporters, de la population, c’est la victoire à tout prix. Comment donc s’étonner de la violence sur les stades et des 39 morts du Heysel ?

Il ne faudrait pas oublier le sportif qui, lui aussi, contribue à entretenir ce climat d’affrontement. Nous ne parlons pas ici de ceux que certains appellent péjorativement « les sportifs du dimanche » qui pratiquent un sport dans un but ludique pour entretenir leur forme, ou récupérer physiquement. Mais le sport tendant de plus en plus vers le professionnalisme total, le compétiteur se voit obliger de cumuler le plus de victoires possibles s’il ne veut pas se retrouver à la rue. Lui aussi entre dans la logique de la victoire à tout prix. C’est pour lui le moyen de se faire du fric, et tout est alors bon pour emporter la victoire : le dopage, la tricherie, les coups en douce…

Que les deux capitaines d’équipes de football se serrent la main en souriant devant les photographes n’est qu’une image dénotant toute l’hypocrisie de l’idéal olympique qui ne persiste que sur les tablettes.

L’important n’est pas de participer mais de gagner.

L’ENTREPRISE MULTINATIONALE SPORTIVE

Non seulement le sport a perdu sa notion de détente, d’apport physique ou de confrontation source d’échange, mais il est devenu un véritable marché sur lequel se bousculent les capitaux. Il n’est qu’à voir l’enjeu qu’est l’organisation des JO et les sommes investies pour une simple candidature. Il n’est qu’à voir également la prolifération des publicités sur les stades ou sur les maillots. Ceux des coureurs cyclistes sont frappés des emblèmes d’au moins trois sponsors, voire plus.

Et vu l’importance accordée par les médias, le champion est désormais devenu produit de consommation. Apparaissant fréquemment sur les écrans de publicités, leurs moindres petits bobos peuvent prendre l’ampleur de drames nationaux. Mais comme nous l’avons déjà dit, l’amateurisme au sens propre est bel et bien fini.

L’IDEOLOGIE DU SPORT

C’est donc la notion de compétition que nous critiquons. Une notion qui ne se limite pas au niveau des épreuves internationales, mais qui s’étend à tous les niveaux du sport : les clubs locaux, les heures de gymnastique scolaires, les matches de foot dans les cours d’immeubles… Cette notion de compétition qui mène à l’élitisme et à la création de rapports de forces. Idéologie du plus fort, de la virilité, exclusion des plus faibles ; rappelons-nous la place du sport dans les divers régimes fascistes et sa fonction d’embrigadement de la jeunesse. L’idée est répandue que pour être un « homme », il faut être fort, musclé, bon sportif… Aussi, dès le plus jeune âge, c’est à l’asservissement, au « atteindre ses limites physiques » que s’astreint l’être humain. Pouvant aller jusqu’au sado-masochisme, il pourra suivre un entraînement intensif des plus épuisant, afin de pouvoir admirer ses muscles devant une glace. Et s’il ne s’y soustreint pas de lui-même, on l’y poussera durant les heures de gym scolaire. Ainsi, sans s’en rendre compte, il se voit préparé à l’idéologie stakhanoviste du travail, qui lui fera accepter des cadences de travail toujours plus importantes.

De même que l’identification au champion, celui qui est arrivé à « mieux », le culte de la personnalité – à travers les posters ou autres cartes postales de son portrait – peut ancrer en lui l’idée que c’est en travaillant avec acharnement que l’on arrive à quelque chose.

Le sport pousse à une acceptation des valeurs en place, telles le respect de la hiérarchie ou le rôle objet de la femme, respect de la hiérarchie car chaque sportif est tenu de suivre les consignes et enseignements de son entraîneur. Entraîneur qui est là pour enseigner, ou plutôt pour imposer. De même que dans les équipes règne un esprit de dévouement au leader ; voir le rôle des « porteurs d’eau » dans le cyclisme et la manière dont ils « encadrent » le leader ; ils roulent pour lui, renonçant à toute tentative de victoire, et se sacrifiant dans un rôle d’obscur équipier, sportif de second rôle.

La femme se voit, elle, confortée dans son rôle de dominée. Les sports qui lui sont réservés mettent toujours en valeur sa grâce ou sa féminité : femme-sirène par la natation ou les ballets nautiques, la sveltesse et la félinité par le sprint ou le saut, la plasticité par la gymnastique ou le patinage artistique, la femme active et laborieuse par les lancers et le cyclisme. Réduisant son corps à un objet de contemplation, elle a difficilement accès aux sports typiquement masculins. Il ne faut pourtant pas croire que l’accession à ces sports signifierait pour elle une libération, de la même manière que leur entrée dans les épreuves olympiques à partir de 1912 – malgré l’opposition de Coubertin, voir document – ne l’a pas été.

Si donc, on peut conclure que le sport légitime l’ordre établi, on peut rajouter qu’il n’a aucune valeur contestatrice ; pas même les J.O. dont l’idéal progressiste de pacifisme n’existe que sur les tablettes.

Il est pourtant un fait qu’il est de plus en plus difficile de pratiquer le sport sans esprit compétitif. Sauf peut-être la course à pied, bien qu’il soit difficile pour un citadin de s’oxygéner durant son footing vu l’atmosphère particulièrement polluée des villes ; mais en ce qui concerne les sports d’équipe ou collectif (foot, basket, volley… ) il est quasiment impossible de les pratiquer, à moins d’avoir de nombreux amis ayant un goût pour ces sports, en dehors d’un club créé dans l’espoir de remporter une coupe ou un championnat.

La position à avoir est donc de critiquer cet esprit sportif de compétition même si cet esprit semble bien ancré dans la tête des gens (voir le succès de L’Equipe ou des émissions sportives télévisées), et donc toutes les compétitions, et pas seulement les Jeux Olympiques.

Signalons enfin que si les boycott des JO sont fréquents – cette année encore certains pays (1) seront absents pour protester contre le refus de la Corée du Sud d’une organisation commune avec la Corée du Nord -, ils remettent rarement – ou même jamais – en cause l’idéologie même du sport.

J.-M. Chambéry


(1) Par exemple Cuba, le Nicaragua, l’Albanie, l’Ethiopie, les Seychelles …


La GUERRE OLYMPIQUE
Une interview de Jean-Marie Brohm

Professeur d’éducation physique et sportive pendant vingt ans, puis enseignant en sciences de l’éducation, Jean-Marie Brohm fut l’un des pionniers de la critique du sport avec un collectif qui animait la revue « Quel corps? ». Il est l’auteur de livres sur cette question :

  • Sociologie politique du sport en 1976
  • Le mythe olympique, aux éditions Bourgois en 1981
  • Les Jeux olympiques de Berlin, en 1983
  • Les meutes sportives, sport et capitalisme, aux édition EDI, qui
    vient de paraître

Comment t’est venue la critique du sport, « de l’intérieur », dans ton métier et ta vie de sportif ?

Le fait central qui m’a fait prendre conscience de l’inhumanité, de l’oppression, de l’exploitation, de l’aliénation du sport, ça a été de m’apercevoir de la contradiction fondamentale de la pratique sportive, de l’affrontement sportif comme but en soi. Il y a une distinction à opérer entre la pratique sportive pour le plaisir, avec des copains, et la compétition avec des règlements dans le cadre d’une fédération, un entraînement réglé dans le contexte de ce qu’on a appelé la guerre Olympique, la guerre sportive. On ne peut pas prétendre à la fois épanouir la corporité de tout un chacun et transformer le corps en vecteur, en missile, en bolide, en instrument… J’ai senti cette contradiction dans ma chair, en tant que sportif de haut niveau et enseignant. Cette contradiction n’a cessé de devenir de plus en plus consciente du fait même des contradictions propres de l’institution et de la pratique sportive de haut niveau. Aujourd’hui la contradiction apparaît de manière massive dans le cadre des manipulations biologiques, du dopage… où les sportifs, loin d’épanouir leur corps, sont en permanence dans une infirmerie ambulante, soumis à des traitements inhumains, au dopage… Ils sont devenus des robots, de purs engins.

Tu opposes l’organisation du sport, la compétition, comme n’ayant plus rien à voir avec une activité corporelle libre, avec le jeu…

Oui, il y a déludisation du sport qui est devenu un travail ; au niveau du sport professionnel, mais aussi même chez les amateurs ; dans les sports de compétition, les entraînements journaliers de 5/6 heures sont fréquents, et les entraînements hebdomadaires ou annuels sont des forçages qui entraînent le stress. c’est démentiel, totalitaire, et ça n’a rien à voir avec l’épanouissement. Aujourd’hui, tous les sportifs sont des professionnels payés pour transpirer sur ordres d’un contremaître. Il y a un décalque entre le processus de production capitaliste dans l’usine-caserne, et le procès de production sportif dans les camps d’entraînement. Il y a un aspect concentrationnaire dans le sport de haut niveau aujourd’hui.

Tu touches du doigt la relation entre l’organisation du sport, du corps, et le système de production. C’est l’aspect politique de la critique que vous faisiez dans la revue Quel Corps ?.

Pour moi, le procès de production sportif est la reduplication parfaite du procès de production capitaliste, avec son usine, ses contremaîtres, ses normes de travail, sa taylorisation, son chronométrage, sa dictature disciplinaire, ses petits chefs, ses apprentis. Les sportifs reconnaissent d’ailleurs qu’ils sont dans le sport comme dans une usine. Et ce n’est pas un hasard : le sport tel qu’on le connait aujourd’hui, apparaît avec le mode de production capitaliste, avec l’esprit de libre entreprise, de faire valoir du libéralisme sauvage, de la guerre de tous contre tous, la jungle… et pas seulement au niveau du fric…

Il y a contradiction entre le discours sur les « J.O. grande réconciliation entre les peuples », et le fondement guerrier du sport de compétition.

Périodiquement on nous rappelle que les JO seraient la résurrection de l’esprit olympique antique; quand on sait ce que furent les JO de l’antiquité grecque, on peut sourire : c’étaient des Jeux esclavagistes où les cités-nations grecques s’affrontaient, on pouvait déjà parler de guerre olympique. Aujourd’hui, depuis les premiers Jeux de 1896, les différentes manifestations n’ont cessé de révéler cet aspect militaire, belliqueux, belliciste, impérialiste, raciste, sexiste, qui fait qu’à chaque fois, les JO apparaissent pour ce qu’ils sont : la guerre de tous contre tous; des rivalités entre Etats nationalistes chauvins, voire fascistes et dictatoriaux, et c’est par un humour involontaire que l’on peut parler de fraternité olympique et de fête de l’amitié. C’est un discours idéologique faux, de fausse conscience, comme il en existe tant. Ce qui est central dans les JO c’est cette espèce de mobilisation guerrière d’une nation derrière ses idoles (M. Mazeau, ex-ministre de la Jeunesse et des Sports les appelait des commandos sportifs…) : défilés comme des régiments en parade militaire : le décompte des médailles est censé refléter la supériorité d’une nation sur une autre… comme Je nombre de morts sur le champ de bataille. A ce titre, je voudrais ajouter qu’il y a aussi des morts réels dans la guerre olympique… à travers la violence ordinaire, quotidienne, sur les petits terrains de foot ou de rugby, pas seulement au Heysel… Et puis il y a le dopage qui fait des suicidés en sursis, et c’est là qu’il y a de la casse sportive.

Le dopage, une sacrée contradiction entre le sport présenté comme sain, et la réalité du forçage…

Les contradictions deviennent antagoniques ; ça explose. Le niveau des performances est tel, la concurrence entre les nations est à ce point exacerbée que pour réussir, il faut suivre la course aux armements biologiques. Les athlètes sont obligés de se doper parce qu’autrement ils ne sont plus dans le coup. Et donc la manipulation biologique, l’entraînement spécialisé, le dopage, la médicalisation, sont des nécessités, contrôlés par un corps de spécialistes, médecins, entraîneurs, et autres technocrates du corps, parce que la logique de la performance, de la compétitivité, de la productivité implique qu’on prenne tous les moyens possibles, y compris se bousiller la santé.

Il y a aussi l’exploitation économique

On voit apparaître la logique capitaliste de l’institution sportive, dans la
mesure où un club est organisé comme une entreprise, avec d’un côté des entrepreneurs qui investissent (Tapie, ou Matra) des capitaux dans l’achat de joueurs comme ils achèteraient des salariés ; mais il y a aussi les salariés sportifs qui commencent à défendre leur beef-steak, ils se mettent en grève et supportent mal les contraintes imposées, idéologiques ou physiques; là, la lutte de classes s’introduit dans la nation sportive entre ceux qui apportent des capitaux et ceux qui apportent des performances. De plus il s’agit d’une mafia, d’une sorte de franc-maçonnerie occulte dans laquelle l’argent circule de manière non-transparente. Ce sont des firmes capitalistes qui s’affrontent par médiation d’athlètes qui sont achetés-vendus.

Peux-tu nous parler de ton livre qui vient de sortir : Les meutes sportives

J’ai choisi ce titre car il y a un côté de jungle capitaliste, de lutte pour la vie, de survie, dans le sport, et donc, par dérision, car j’aime bien les chiens, j’ai pris le côté traditionnel de l’idéologie bourgeoise : « Les hommes sont des loups pour les hommes ».

On voit les hommes s’affronter dans la jungle sportive, comme des bestiaux ; et la terminologie sportive oppose en permanence des animaux : le lion, le moustique, un taureau, un tigre, une panthère ; les sportifs sont souvent comparés dans leur surnom, à des animaux, en général des prédateurs, des fauves. C’est cet univers-là qui, du point de vue symbolique, m’intéresse et que, par dérision j’ai voulu décrire.

Montrer aussi la responsabilité écrasante des intellectuels dans leur refus d’analyser cet univers-là.

L’univers sportif n’est ni anodin ni innocent ; c’est le redoublement d’une part du militarisme bourgeois, voire fasciste ou du stalinisme ; donc analyser le sport de compétition, lutter contre lui au nom des droits de l’homme, au nom d’un respect minimum d’un certain nombre de valeurs humanistes et ouvrières, c’est lutter contre le libéralisme sauvage qui aujourd’hui fait feu de tous bois. C’est un combat politique.


PIERRE DE COUBERTIN
Ou l’histoire d’un fasciste camouflé en libéral progressiste

BREF HISTORIQUE

A la fin du XIXe siècle, le sport est tenu dans l’ignorance totale. Quelques hommes, surtout Pierre de Coubertin, vont tenter de remettre en scène, au premier plan, le sport et notamment les jeux olympiques.

Sorti de Saint-Cyr et de Polytechnique, il quitte l’armée …

« conscient qu’avec la misère physique dans laquelle elle est tenue, est source de bien des malheurs. La déroute de Sedan en 1870 ? Le manque de sport en est la cause première, par le manque de résistance physique et morale ».

P. de Coubertin va se débattre pour obtenir crédits, aides de toutes sortes et, petit à petit, va infléchir et intéresser en haut lieu. En 1892, l’occasion lui est donnée d’amener l’idée des jeux olympiques. En 1894, le 16 juin, douze nations les rétablissent.

L’entêtement de P. de Coubertin était ainsi motivé (d’après M. Colinon « Histoire des Jeux Olympiques » :

« Amateur d’histoire grecque, il s’est affairé pour savoir les raisons de cette renommée du peuple grec. L’appât du gain, l’entraînement militaire de la jeunesse ne suffisaient pas, c’était aussi et surtout “la beauté de l’effort”, la volonté de vaincre pour le seul plaisir de la victoire. Le sport ne devait avoir d’autre but, que de faire des hommes dignes de ce nom “qui vont chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre”. L’idéal de Coubertin avait une allure révolutionnaire (sic!). En plus d’avoir rendu aux Français un idéal, c’était aussi un sujet de fierté de savoir que celui qui avait sonné le ralliement des peuples du monde entier était français. La valeur universelle du sport, la fraternité entre races et nations, c’est un Français qui l’a découverte ». (cocorico !)

LA DOCTRINE DE COUBERTIN

Malgré ce témoignage de M. Colinon, qui reflète assez bien l’idée que l’on se fait de Coubertin en général, la doctrine de ce dernier qui se dévoilait par certains faits (entre autres son refus de voir les femmes participer aux Jeux), va être bien mise à jour au moment des Jeux de Berlin en 1936.

Bien avant que démarrent les Jeux, la politique mise en place par Hitler était déjà claire surtout à l’encontre des Juifs (législation anti-juifs, boycott national dans le secteur commercial, interdictions professionnelles, privation de la nationalité allemande, interdiction ou exclusion du mouvement sportif…). Quelques remous eurent lieu en 1934/35 mais les chefs d’Etats occidentaux (France, Grande-Bretagne, USA… ) jugeaient acceptable ; le déroulement des Jeux en Allemagne et cela malgré des déclarations forts éloquentes :

« Les Allemands ne sont pas en train de faire de la discrimination contre les Juifs dans les épreuves de sélection. Les Juifs sont éliminés parce qu’ils ne sont pas assez bons. Parce qu’il n’existe pas dans le monde une douzaine de Juifs qui aient la classe olympique !! ».

Churchill, Brundage, justifiaient ces déclarations en accord avec notre « national » P. de Coubertin qui, lors du discours de clôture des Jeux de Berlin, rendit hommage aux organisateurs :

« La qualification ethnique figure déjà, en quelque manière, dans la charte du rétablissement des Olympiades ; il est dit que chaque pays ne peut être représenté que par ses nationaux, nationaux de naissance et naissance régulièrement naturalisée ; la résidence, même à vie, ne saurait suffire ; il faut qu’on puisse se réclamer du drapeau sous les plis duquel on lutte ! ».

Pour être certain de l’étroite collaboration entre Coubertin et Hitler, ou tout au moins de la flagrante concordance de leurs idées, on peut revenir, pour éclairer définitivement la question, sur le discours de clôture :

« L’Olympisme a rénové les manifestations de l’esprit… Berlin l’a maintenant consacré à jamais par des initiatives hardies (sic !) couronnées d’un plein succès… Souvenirs de courage car il en a fallu pour faire face aux difficultés auxquelles le Führer avait opposé d’avance le mot d’ordre et de volonté : “Wir wollen bauen”, et pour résister aux attaques déloyales et perfides par lesquelles on a tenté ici et là d’abattre la construction qui s’élevait ».

Nous allons ci-dessous vous donner quelques passages des écrits ou des discours de Coubertin sur divers sujets qui ne nécessitent aucun commentaire de notre part :

Sur la sexualité :

« Le plus grand service que le sport puisse rendre à la jeunesse, c’est d’empêcher chez elle le vagabondage de l’imagination et de la maintenir non dans l’ignorance mais dans l’indifférence à l’égard de ce qui menace d’éveiller en elle une sensualité prématurée ».

« La vague d’immoralité et de débauche que la guerre a déchaînée ne doit pas infirmer la confiance qui naissait alors, mais elle prouve toutefois qu’il s’agit d’influences fragiles et, si l’on ose dire ainsi, aisées à effacer. L’action moralisatrice du sport, en ce qui concerne le mariage ; ne peut s’exercer en force et en étendue que pour autant qu’elle ne soit pas contrariée par une opinion dévoyée et une littérature faisandée ».

Sur l’embrigadement de la jeunesse :

« Il se trouve que le développement musculaire et l’entraînement corporel
constituent pour les adolescents d’aujourd’hui à la fois la sauvegarde morale la plus active et la mise en valeur la plus féconde de leur personnalité ».

« En ce siècle laïcisé, une religion était à notre disposition ; le drapeau national, symbole du moderne patriotisme montant au mât de la victoire pour récompenser l’athlète vainqueur, voilà qui continuerait le culte près du foyer rallumé ».

« L’histoire fixera le tracé de la courbe ascendante qui a permis à la République d’écrire en quarante ans la plus admirable des épopées coloniales et de conduire la jeunesse à travers les dangers d’un pacifisme et d’une liberté poussés à l’extrême jusqu’à cette mobilisation d’août 1914 qui restera un des plus beaux spectacles que la démocratie ait donné au monde ».

Sur l’élitisme :

« Les Jeux ont été créés pour la glorification du champion individuel dont l’exploit est nécessaire à entretenir l’ardeur et l’ambition générales ».

« La seconde caractéristique de l’Olympisme, c’est le fait d’être une aristocratie d’origine totalement égalitaire puisqu’elle n’est déterminée que par la supériorité corporelle de l’individu et par ses possibilités musculaires. Plus tard, on pourra sans doute arriver, par une meilleure hygiène privée et publique et par des mesures intelligentes visant au perfectionnement de la race, à accroître grandement le nombre de ceux qui sont susceptibles de recevoir une forte éducation sportive ».

Sur le racisme :

« Les races se sont pénétrées les unes les autres, elles ont appris à se mieux connaître et, tout de suite, elles ont aimé à se comparer entre elles ».

« Ô sport, tu es fécondité ! Tu tends par des voies directes et nobles, au perfectionnement de la race en détruisant les germes morbides et en redressant les tares qui la menacent dans sa pureté nécessaire » « Certains trouvent injuste l’inégalité des conditions naturelles ; elle est inévitable, ce qui est bien différent ».

« L’inégalité en effet, n’apparaît pas seulement comme un mal dont l’homme ne saurait avoir raison, mais comme un mal sans lequel il ne saurait vivre… Car les découvertes de la science nous ont révélé que tout ce qui vit obéit à cette même loi de guerre d’où découle fatalement la loi d’inégalité ».

HEIL COUBERTIN !

Ce texte est extrait d’une brochure éditée par le Groupe anarchiste de Bordeaux en 1980 : “Réflexions sur l’institution sport”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *