Catégories
presse

La répression continue dans la région de Nemours-Nedroma : Plusieurs femmes condamnées à des peines de prison à Tlemcen

Communiqué du MTLD paru dans Alger Républicain, 13 février 1954

Le M.T.L.D. communique :

Les régions de Nedroma et Nemours sont depuis plusieurs mois le théâtre d’une répression grave. On se souvient que le 15 octobre 1953, lors de la « Quinzaine de lutte contre la répression » un Algérien avait été abattu par la police. Ce fut le point de départ d’une action répressive qui n’a cessé de se manifester dans ces centres et leurs environs avec une particulière violence.

Rares sont ceux qui ont été épargnés. Des dizaines d’hommes ont été jetés dans les prisons, des femmes et des enfants sont allés même les rejoindre. C’est ainsi que des familles entières sont à l’heure actuelle détenues.

Des enfants dont le père et la mère ont été arrêtés seraient jetés à la rue, si ce n’était la chaude solidarité de nos compatriotes qui les ont recueillis chez eux.

Des forces militaires, policières, de gendarmerie, etc… sont tour à tour installées dans les régions et ont semé une terreur sans nom.

Récemment, des femmes ont été arrêtées. On les a accusées d’avoir jeté des pierres sur les gendarmes qui venaient arrêter leurs époux, frères ou pères. Bien que ces faits n’aient pas été prouvés, les condamnations suivantes ont été prononcées hier par le tribunal correctionnel de Tlemcen, statuant en appel de la décision du tribunal de Nemours.

Mmes Ouaddah Yamina, Bourak Rabiha, Ouadah Halima, El-Kaid Yamina, Mostaghalmi Yamina 2 mois de prison chacune,

Melles Stella Hadhoume et Touhami Rahma 6 mois de prison avec sursis.

A la même audience M. Ouaddah Mokhtar a été condamné à 15 mois de prison et M. Mosteghalmi Kaddour à 3 mois de prison.

Avant-hier un meeting rassemblant plus de 2.000 personnes a été organisé à Tlemcen par la section locale du M.T.L.D. L’indignation de la population a été telle que certaines condamnations ont été diminuées.

Il faut constater que le colonialisme s’attaque aujourd’hui aux femmes et qu’il n’hésite même plus à les emprisonner.

Le fait est particulièrement grave. Tout en saluant l’attitude particulièrement héroïque de ces Algériennes musulmanes, face à une politique qui tente mais en vain de nous asservir par la répression, le M.T.L.D., sûr d’être l’interprète du sentiment unanime du peuple algérien, appelle tous les anticolonialistes de notre pays à joindre leur protestation à la sienne pour demander la libération de nos sœurs, ainsi que celle de nos frères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :