Catégories
presse

Romulus : Algérie. Chez les saigneurs

Article de Romulus paru dans Courant alternatif, n° 47, mars 1995, p. 29-30


Pas un jour ne passe sans que l’on évoque l’Algérie. Les annonces d’assassinat, d’attentat défilent les unes après les autres. Le coup d’Etat de janvier 1992 a fait entrer l’Algérie dans la spirale de la violence physique et directe. Un premier bilan fait état de 30 000 morts en trois ans. Pris dans un étau, le peuple algérien subit le napalm de l’armée et le C4 (explosif) des groupes intégristes.

Pour beaucoup, l’Algérie est réduite à cette saignée militaro-intégriste. Quid de la saignée culturelle contre laquelle est dirigée la grève scolaire en Kabylie ? Quid de la saignée économique induite par la politique du régime dictée par le FMI ?

Comprenons-nous. Mercredi avait lieu une grève générale contre le pouvoir en Kabylie. Le même jour, une femme algérienne est assassinée et nos chers médias ne retiennent que ce dernier et malheureux événement ; l’action politique de la masse disparaît derrière un cercueil. L’arbre cache la forêt. A qui profite cette opération ?

Evidemment, à celui que le FMI félicite pour les premiers succès qu’il a obtenus dans

« sa stratégie pour intégrer son économie à l’économie internationale en libéralisant son commerce extérieur, en réalignant son taux de change […], en donnant un rôle plus important aux forces du marché » (Le Monde du 7 février 1995).

En ce mois de ramadan caractérisé par la flambée des prix des denrées alimentaires, le peuple algérien est peu enclin à adopter la même analyse que les technocrates du FMI. Le PIB algérien stagne (+ 0,1 % en 1994) ; le chômage est à 27 % ; l’inflation atteint 27,8 % officiellement; la consommation des ménages progresse de 0,5 %. La situation ne risque pas de s’améliorer puisque le régime entend poursuivre la même politique.

En effet, le ministre du Budget Ali Brahiti affirme que la loi de finances pour 1995 vise, dans la lignée de la loi de finances complémentaire pour 1994, à poursuivre la consolidation du programme de stabilisation macro-économique ; or, le programme de stabilisation macro-économique n’est rien d’autre que la phase numéro un du plan d’ajustement structurel imposé par le FMI au peuple algérien et accepté par le pouvoir militaire. Concrètement, cela se traduit par la privatisation de centaines d’entreprises publiques. Le Premier ministre, dans une allocution en date du 7 janvier 1995 est clair :

« Le gouvernement compte envisager [ … ] des programmes de privatisation indispensables pour améliorer les performances des capacités de production installées et mieux répondre aux exigences du marché international. »

C’est dans ce cadre que des plans de redressement sont programmés pour les entreprises et que 140 millions de dinars sont affectés à cette opération. Le journal Algérie Actualité a très bien décrit ces plans qui ont deux volets :

1 ° « La mise en place de tels plans ne peut se faire sans retombées douloureuses, notamment sur le plan social, avec l’inévitable question de la compression des effectifs » ; en un mot, des licenciements.

2° « Le nouveau système de gestion et de fonctionnement des entreprises implique la constitution d’équipes dirigeantes dont la rétribution et le sort sont liés à la santé de l’entreprise. Les responsabilités assumées dépassent alors largement les obligations traditionnelles de simples salariés. C’est pourquoi on prévoit de plus en plus un traitement dérogatoire en matière de dispositions salariales concernant cette catégorie de dirigeants d’entreprises » : le modèle est ici Calvet.

Ces plans sont à l’image de l’Algérie tout entière : les uns crèvent pendant que les autres s’engraissent sur le dos des premiers.

Un gouvernement qui applique une telle politique est-il à même d’être le défenseur de la population face à des intégristes armés ? Pourtant, c’est bien à ce titre que prétend le régime ?

Si certains se réunissent à Rome pour régler les problèmes de l’Algérie, d’autres vont à Tunis rencontrer Pasqua. En effet, le 23 février à Tunis, les sinistres de l’Intérieur algérien, français, tunisien, espagnol, portugais et italien

« ont adopté une déclaration commune dans laquelle sont définis les axes directeurs d’une stratégie fondée sur la communauté de destin et sur l’imbrication des préoccupations et des intérêts pour asseoir valablement le code de conduite sécuritaire » (El Moujahid n° 9195).

Ainsi donc, ceux-là même qui reprochent au FFS, au FLN, au PT d’avoir rencontré le FIS à Rome se sont alliés à Pasqua pour remettre en cause le droit d’asile et lutter contre l’immigration. C’est en tout cas ce qui ressort du discours du ministre algérien de l’Intérieur Meziane Chérif, lors du sommet de Tunis :

« Concernant l’octroi de l’asile politique et sans porter atteinte aux normes et aux valeurs démocratiques des uns et des autres, nous estimons que des précautions nécessaires doivent entourer la gestion des séjours des ressortissants demandeurs d’asile. […] De même que l’instauration d’espaces judiciaires adaptés aux exigences sécuritaires doit être sérieusement envisagée en matière d’extradition des personnes mêlées aux actes de violence et de subversion intégriste. L’émigration clandestine et les séjours irréguliers constituent une source de préoccupation commune. »

Et, pour réaliser ces objectifs, le pouvoir algérien propose tout simplement :

« A ce titre, les services spécialisés ont tout intérêt à privilégier les contacts directs pour l’échange d’expériences, la mise en oeuvre de programmes de formation, la création d’instituts et de centres d’analyse, de recherche et d’études. »

Le pouvoir algérien est donc mal placé pour accuser la plate-forme de Rome d’appel à l’ingérence étrangère, lui qui collabore avec Pasqua et aliène les richesses en hydrocarbures du pays en les cédant aux compagnies américaines et françaises ! Mais cela ne l’a pas gêné pour critiquer vivement la réunion de Rome entre le FIS, le FFS, le FLN, le PT et Me Ali Yahia.

Tout y est passé. Qualifiant le sommet de Rome de trahison, des preuves évidentes ont été excipées à la population algérienne : Ait Ahmed a fait son discours en italien, Mehri en français ; Ben Bella a soixante-dix-huit ans, il est pressé par le temps. Le ministre de l’Intérieur algérien a d’ailleurs rappelé :

« Très souvent, on oublie que ces gens vivent toujours du trésor du FLN qu’ils ont volé depuis la fin de la guerre […]. Pour certains, nous connaissons les liens qu’ils ont avec nos voisins qui tentent de nous déstabiliser », voire avec les Américains.

Sur ce dernier point, il a souvent été annoncé que les Etats-Unis soutiennent le FIS. Anouar Haddam aurait voyagé dans l’avion du secrétaire d’Etat américain à la Justice. Mais il faut être plus précis. Si une partie de l’administration apporte son soutien aux dirigeants du FIS en exil, les entreprises américaines continuent à prospérer en Algérie grâce à de nouveaux accords pétroliers. Qui plus est, les républicains sont à la tête au Congrès. Le fameux rapport Perlmutter, du nom d’un proche de G. Bush, est en défaveur des intégristes et propose un soutien actif aux militaires algériens. Perlmutter est clair :

« Il serait préférable pour les Américains de soutenir une politique algérienne d’éradication plutôt que d’accepter un triomphe du FIS ou du GIA. »

A simplifier la situation, on arrange les choses à sa convenance.

Pourquoi des critiques aussi basses que l’âge ou la langue (ce qui en dit long, d’ailleurs). Nous avons déjà, dans cette revue, attaqué violemment certains des participants de Rome : Ait Ahmed n’a rien d’un démocrate, comme le démontre la gestion du FFS depuis sa création. C’est sous Ben Bella que s’est instauré le parti unique et la dictature. Quant à Mehri, n’oublions pas que sa fille n’est certainement pas mariée par amour au fils de Chadli ; que Mehri a rendu visite à Abassi Madani et Ali Belhadj, avant de partir à Rome (les militaires ne pouvaient qu’être informés). Anouar Haddam du FIS a pour oncle un membre du haut-comité d’Etat ! Rabah Kébir s’est évadé de prison dans des conditions douteuses (ce n’est pas dieu qui lui a ouvert les portes !). On pourrait continuer sur ces hommes, tant il y a dire. Ajoutons que la réunion de Rome a reçu après coup le soutien de Mitterrand. Encore un mauvais point. Autre soutien, celui de l’Internationale socialiste : eh oui, cela existe encore !

En apparence, rien de positif ne pouvait sortir de Rome le 13 janvier 1995. Mais la présence de Louisa Hanoun (trotskiste, parti des travailleurs) et celle de Me Ali Yahia, président de la seule ligue algérienne des droits de l’Homme indépendante du pouvoir détonnaient dans cet hétéroclite ensemble de politiciens représentant malgré tout 80 % des suffrages lors des élections législatives avortées de décembre 1991. Un signe ? Voyons ce que nous dit le contenu de la plate-forme pour un contrat national.

Le multipartisme, les droits de l’Homme, les libertés fondamentales, individuelles et collectives quels que soient la race, le sexe et la langue, la liberté de confession sont consacrés comme des valeurs universelles. Pour ce faire, il est proposé :

1° La libération effective des responsables du FIS et de tous les détenus politiques, l’annulation de la décision d’interdiction du FIS ;

2° La condamnation, l’appel à la cessation des exactions et attentats contre les civils et les étrangers, le rejet de la violence pour accéder ou se maintenir au pouvoir, la cessation de la pratique de la torture ;

3° La gestion collective avec le pouvoir d’une période de transition devant aboutir à des élections libres et pluralistes.

Est-ce là une soumission à l’intégrisme ? Quoi qu’il en soit, le pouvoir n’est pas résolu à souscrire à cette proposition. Son annonce de la tenue prochaine (en 1995) d’une élection présidentielle s’inscrit avant tout dans une tentative de se préserver et par conséquent dans une volonté de continuer à appliquer les politiques du FMI ; en un mot : un véritable déni de démocratie. Mais les militaires peuvent se rassurer. Pour se battre, il faut être deux, et le GIA n’est pas prêt à abandonner les armes. Pouvoir militaire et intégrisme armé continueront donc encore longtemps à se nourrir et se servir mutuellement ; la saignée se poursuit, et nos saigneurs rassasiés…

Romulus, Reims

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :