Catégories
revues

Aimé Patri : L’ère des “organisateurs”. Remarques à propos des conceptions de Burnham

Article d’Aimé Patri paru dans Masses, n° 11, octobre-novembre 1947, p. 23-25

Il faut rappeler d’abord que la thèse soutenue dans le livre de Burnham est loin d’être une nouveauté pour ceux qui ont connu les controverses intérieures aux divers groupes d’opposition communiste avant la guerre. Nombreux ont été les adversaires communistes de Staline qui ont fini par penser que le régime établi en U. R. S. S. pouvait être autre chose qu’un simple phénomène de transition entre le capitalisme privé et le socialisme démocratique, correspondant en fait à un type historique nouveau et à l’avènement d’une nouvelle classe dirigeante qui n’était pas le prolétariat. On pourrait évoquer les thèses de l’infortuné Rakovski qui, rappelant la formule de Lénine en 1921, écrivait de son isolateur vers 1930 : « d’Etat prolétarien à déformation bureaucratique, nous nous développons de plus en plus en Etat bureaucratique à origine prolétarienne » et n’hésitait pas à parler d’une nouvelle « classe » sociale. Dès 1929, les thèses de Sopranov et de son groupe dit du « centralisme démocratique», en dehors des rangs du « trotskysme », soutenaient un point de vue analogue. Cette thèse a été, jusqu’en 1939, vivement combattue par Trotsky qui n’a pas hésité à rompre à ce propos avec plusieurs de ses anciens camarades dont Burnham lui-même ; mais il n’était pas le seul puisqu’on citerait encore Urbahns en Allemagne, Max Schatman en Amérique, etc. Rappelons encore qu’elle était familière aux camarades du noyau de « la Révolution prolétarienne » et de « Masses ». Remontant à des origines plus lointaines encore, on la trouverait exprimée par les anarchistes, par certains mencheviks russes et par des sociaux démocrates comme Kaustsky. Quant au rapprochement entre la structure interne de l’U. R. S. S. stalinienne et les régimes mussolinien et hitlérien, il s’était imposé aussi par la force des choses à beaucoup d’esprits.

Burnham n’a donc rien inventé et il s’est contenté de faire un sort publicitaire à une idée qui ne lui appartenait pas en propre. Il faut reconnaître cependant qu’il lui a imprimé la marque de son EVOLUTION personnelle en la présentant comme une réfutation générale des perspectives historiques du marxisme classique. « Supermarx » a cru devoir écrire avec ironie un commentateur de la revue « Esprit » qui témoigne cependant de son ignorance des sources lorsqu’il voit dans ce livre un simple artifice de propagande américaine au goût du jour. Burnham a voulu présenter le régime des « directeurs » ( « managers ») comme celui qui de toute vraisemblance devrait s’imposer partout demain, tandis que le socialisme démocratique et international serait relégué au rang des utopies. Son procédé est pourtant assez grossier qui consiste à renverser simplement le schéma habituel de la prévision marxiste en soutenant qu’au régime du capitalisme privé succédera à peu près infailliblement celui des « managers » et non pas le socialisme. En ce sens on peut parler de défaitisme socialiste ou de « pessimisme » d’ailleurs allègrement supporté puisque l’auteur est passé dans un autre camp. Malgré le tour probabilitaire qu’il prétend lui donner, c’est une nouvelle espèce de fatalisme qui se substitue simplement à l’ancienne version du fatalisme « optimiste » concernant l’avènement « nécessaire » du socialisme démocratique. Une plus saine philosophie de l’histoire pourrait faire répudier l’un et l’autre. Si le totalitarisme stalinien nous montre éloquemment que le socialisme n’est pas nécessairement le successeur du capitalisme privé, il ne s’ensuit pas que l’autre perspective soit exclue. Et l’on montrerait qu’il y avait suffisamment, dans les particularités de la situation de l’U. R. S. S. après le reflux de la vague révolutionnaire d’après l’autre guerre, de quoi expliquer une évolution aberrante sans que l’on soit obligé d’appeler le reste du monde à lui emboîter le pas : c’est l’arriération technique et morale de l’ancien empire des tsar et son isolement qui rendent compte de l’impossibilité d’y « construire le socialisme », même en dehors du retour des ci-devant propriétaires privés. La tâche spécifiquement capitaliste de mener à bien une aorte d’« accumulation primitive » conduite par les méthodes de la planification étatique, devait entraîner l’évincement du prolétariat révolutionnaire et l’avènement d’une classe dirigeante nouvelle de quelque nom qu’on veuille l’appeler. Pourquoi cette évolution aberrante serait-elle nécessairement aussi celle des « pays avancés » dans lesquels les tâches historiques propres au capitalisme ont été remplies de longue date et pour lesquelles le schéma de la prévision marxiste était seul valable ? La perspective pessimiste d’un passage obligatoire par le régime des directeurs se justifierait seulement dans le cas (malheureusement exclu) où la misère des guerres et des révolutions ramènerait l’Europe occidentale à un état aussi arriéré que celui de la Russie des tsars en 1917.

Le noyau raisonnable de la thèse de Burnham demeure cette affirmation que le socialisme démocratique n’est pas la seule alternative au capitalisme privé, mais sans plus. Pour le reste il suffit que ceux qui ont à cœur de réaliser l’ancien idéal socialiste (Burnham n’est plus de ceux-là) sachent qu’ils ont désormais à lutter sur deux fronts et là plupart d’entre eux le savaient déjà.


Une autre objection a été faite à Burnham à propos de sa conception
du rôle des « managers », « organisateurs » ou » directeurs », selon les
diverses manières de traduire le terme en français, entre lesquelles le
traducteur et l’éditeur ont hésité. Le « manager » est au sens précis celui
qui est chargé de diriger le « planning » dans une entreprise privée et dont les attributions peuvent être transposées à l’échelle d’une planification d’état. Il est entendu que le « manager » ne se confond pas avec le simple « technicien » spécialiste dans une branche définie où il a affaire à l’organisation des choses plutôt qu’à la direction des hommes (bien qu’on ait paru souvent commettre la confusion). Il ne se confond pas non plus avec le simple bureaucrate des services de l’état, lorsque la direction de l’économie échappe à l’état, comme c’est le cas du capitalisme privé. Le terme de manager pourrait donc paraître plus adéquat que ceux de « technocrate » ou de « bureaucrate » qui ont été le plus fréquemment usités par les devanciers de la thèse de Burnham : le « manager » est le dirigeant central de l’économie, celui qui réunit sur sa tête la tâche de diriger les hommes et d’organiser les choses. Mais, dans cette condition, Burnham, appuyant sur le rôle de ce personnage, conformément aux vues déjà soutenues par Bearle et Meaux, n’a-t-il pas été hypnotisé par certains traits de l’évolution intérieure de l’industrie américaine qui seraient très illégitimement transposés en U. R. S. S. ? Le manager soviétique et le livre de Kravchenko le démontre (on a été jusqu’à rechercher cet appui pour le faire valoir à l’avantage du stalinisme !), soumis à une pression policière constante, n’est certainement pas « indépendant ». Il a échangé sa servitude à l’égard du capital privé contre celle que lui imposent les dirigeants politiques de l’état. Le véritable rôle dirigeant, en U. R. S. S. comme dans les pays totalitaires en général, n’appartient-il pas aux « politiciens » ?

Cette objection a été faite aussi bien par Claude Chevalley dans « Critiques » (n° 7) que par Gilles Martinet dans la « Revue Internationale » (n° 17). Elle pourrait se retourner contre le marxisme lui-même auquel Burnham se montrerait dans ce cas paradoxalement fidèle si on lui donne la forme suivante : il n’est pas évident que les responsables de la direction de l’économie soient les maîtres tout court (c’est pourtant la thèse de Marx : la classe économiquement dirigeante est aussi politiquement dirigeante).

La difficulté se résout sur la base d’un simple malentendu, dont l’étroitesse des vues économiques de Burnham (résidu d’un marxisme grossièrement interprété) est en partie responsable. Comme je me suis efforcé de le montrer dans un article à paraître dans « La Revue Internationale » (« Une nouvelle classe dirigeante est-elle possible ? »), dans un régime de planification économique par l’état, la superstructure politique et l’infrastructure économique de la société tendent à se confondre. La question devient vaine de se demander quels sont ceux qui dirigent vraiment : les chefs de l’économie ou de la politique, puisqu’en dernière analyse et malgré les diversités fonctionnelles, ce sont les mêmes. La hiérarchie de la nouvelle classe dirigeante n’exclut pas son existence en tant que classe de privilégiés et de responsables. Le fait qu’un « bureaucrate » peut être frappé par les siens n’est pas davantage probant contre l’existence de sa classe que la mise en faillite d’un patron privé par un tribunal bourgeois. Cette « responsabilité » de chefs se surveillant et se persécutant mutuellement pour des raisons de concurrence dans l’avancement, n’a rien de commun avec le contrôle démocratique de la société. C’est ce contrôle démocratique de la société qui, dans un régime de planification, permettrait seul de parler de socialisme.

L’utilité finale du livre de Burnham, c’est qu’il enseigne à distinguer (à ceux qui ne l’auraient déjà fait pour leur propre compte) entre socialisme et planification : le socialisme c’est la planification de l’économie fonctionnant dans des conditions de contrôle démocratique. En l’absence de ce contrôle démocratique, une nouvelle classe dirigeante de privilégiés exploiteurs se reconstitue immanquablement, quel que soit le procédé technique de direction de l’économie. Toutes les fois qu’on nous parlera d’économie dirigée ou planifiée, nous demanderons : « par qui ? » et « dans quels buts ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *