Catégories
presse

Correspondance d’un camarade américain de New-York

Correspondance parue dans Pouvoir ouvrier, n° 46, décembre 1962, p. 9

A Nation of Islam activist distributing copies of the African-American organisation’s newspaper ‘Muhammad Speaks’ with the headline ‘Muhammad thanks Harlem’, on a busy street in New York City, New York, circa 1962. (Photo by Peter Keegan/Keystone/Hulton Archive/Getty Images)

Chers camarades,

En tant qu’ancien militant de votre groupe et participant depuis longtemps à la lutte pour la liberté des noirs aux U.S. je me trouve quelque peu embarrassé par l’initiative que vous avez prise, dans le dernier numéro du P.O. de publier, presque sans critique, l’éloge des “Musulmans Noirs” du journal “Correspondance”. (1)

On ne peut pas nier la signification de l’existence du mouvement dit “Musulmans” parmi les noirs, existence qui indique un dégoût et une opposition à la société établie américaine très répandue. Mais il est idiot de voir un contenu révolutionnaire ou même anti-capitaliste dans ce mouvement tel qu’il s’est constitué.

D’abord les présuppositions sont entièrement fausses. Il est vrai que depuis longtemps le N.A.A.C.P. a cessé de représenter les aspirations de la masse noire aux U.S., mais cette masse l’a senti depuis longtemps elle aussi, et elle s’est créée toute une foule d’organisations dites “d’action directe” qui, à partir du mouvement de Montgomery (Ala.) en 1956 jusqu’aux “voyageurs de la liberté”, ont mené une lutte ouverte et consciente qui ne se soucie guère de la “légalité”. Et si ce mouvement de masse a été “non-violent” jusqu’à ici, il ne faut pas être un génie pour voir que la violence – dans les conditions existantes – aboutirait ou au suicide ou à la terreur.

Pour nous, socialistes révolutionnaires, le pouvoir a toujours été dans la conscience, l’organisation et la spontanéité des masses (et non dans les armes qui sont toujours du côté du pouvoir établi) et ces questions ne nous intéressent pas. Ainsi c’est justement pour défendre cette conscience et cette organisation qu’il faut s’élever contre l’éloge des “Musulmans” qui ne posent pas la question du contenu de ce mouvement.

D’abord ce mouvement n’est point anti-capitaliste. Il prévoit un capitalisme noir qui rivalisera celui des blancs (idée extraordinaire !) et dans le terrain du pratique il établit des petites entreprises gérées par des noirs et propage le slogan “buy black” (achetez chez les noirs). Votre article a “regretté” l’aspect “nationaliste” de ce mouvement. Ce n’est pas trop dire.

En effet, ce mouvement mène une propagande anti-sémite, anti-blanc et franchement raciste, et il fait un effort pour séparer le travailleur noir de son frère blanc au niveau des revendications sociales.

En même temps ce mouvement n’est pas seulement nationaliste, raciste, mercantiliste… mais aussi religieux. Car l’ISLAM n’a jamais été une religion parmi les américains noirs. C’est ce côté évangélique du mouvement qui permet aux chefs de tirer des contributions considérables (financières) des travailleurs noirs, sans dire l’usage qu’ils en font. Finalement comme ultime “but”, ce mouvement prévoit un “Etat Noir” qu’ils se créeront dans le Sud et qui sera indépendant du Gouvernement des blancs.

Ce but utopique, (qui d’ailleurs faisait partie de la ligne stalinienne aux années 30) permet aux chefs de tout promettre pour l’avenir sans rien faire dans le présent.

Ainsi ce mouvement, dont la plupart des chefs ne sont rien d’autre que des gangsters ou des “hommes de confiance”, profite des tendances, à la religion utopique et évangélique et au mercantilisme parmi les noirs, simplement pour s’enrichir et pour avoir “une bonne affaire”.

Jusqu’ici il n’a mené aucune action qui peut se comparer aux “sit-ins”, aux “voyages de liberté”, aux boycotts, aux piquets de grèves sauvages qui sont, eux, les véritables manifestations de la créativité, du courage et de l’esprit révolutionnaire des masses noires en Amérique.

C’EST LA SYMPATHIE PRO-CASTRISTE QU’ONT MANIFESTE CERTAINS CHEFS DES “MUSULMANS NOIRS” DEPUIS CES DERNIERS JOURS, – ET NON PAS LA RÉALITÉ DE LA LUTTE DE CLASSES AUX USA – qui explique le fait que les Trotskystes, les Staliniens et leur entourage vient de “découvrir” le côté “révolutionnaire” des dits “Musulmans.


(I) P.O. 44 “Les Musulmans Noirs”. L’article en question nous avait été envoyé par un de nos lecteurs américains

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *