Catégories
presse

Yacine Kateb : Y a-t-il un humanisme noir ? Pour le nègre, il y a un monde d’âmes nous dit Léopold Sedar Senghor

Article de Yacine Kateb paru dans Combat, 21 septembre 1948, p. 4

From left to right: the French actor Georges WILSON, the French-Algerian creator and writer Kateb YACINE and the director Jean-Marie SERREAU during the inauguration of the Theatre National Populaire in Paris on January 10, 1967. (Photo by Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images)

CONVERSATIONS AFRICAINES

JE traverse la Seine dans un autobus plein de gamins, je me perds dans les rues d’Asnières, et me voici enfin dans un salon sombre comme un temple devant Léopold Sedar Senghor.

Catégories
presse

René Maran : L’Afrique noire dans les lettres françaises

Article de René Maran paru dans Les Lettres françaises, n° 97, 1er mars 1946, p. 5

L’EXOTISME tend à prendre, dans les lettres françaises contemporaines, une importance qui va chaque jour croissant. On sait qu’il a fait son entrée en France en même temps que l’invasion sarrazine de 722, qui submergea la Septimanie. Les croisades l’entourent ensuite d’un merveilleux dont la découverte de la boussole, au XIe siècle, décuple soudain le prestige. C’est alors à qui partira en voyage de « descouverture ». Dieppois et Rouennais fondent des colonies le long des côtes du Sénégal et de la Guinée, dès 1364, Jean de Béthencourt s’installe aux Canaries en 1402. Binot Le Paulmier de Gonneville découvre le Brésil, le 6 janvier 1504. Les animaux étranges, les nouveautés que leurs émules rapportent en Europe poussent Rabelais à écrire, au chapitre II du quart Livre de Pantagruel :

« Adonoques, Pantagruel descendit au havre, contemplant, cependant que les chiourmes des nefs faisaient aiguade, divers tableaux, diverses tapisseries, divers animaux, poissons et autres marchandises exotiques et pénégrines, qui étaient en l’allée du môle et par les halles du port. »

Catégories
revues

Achille Mbembé : À propos des écritures africaines de soi

Extrait de l’article d’Achille Mbembé, “À propos des écritures africaines de soi”, Politique africaine, n° 77 , 2000, p. 26-29.

 

 

Parallèlement à ce courant qui cherche à fonder une politique de l’africanité en s’aidant des catégories de l’économie politique marxiste et en scandant l’histoire sur le mode ternaire de l’esclavage, de la colonisation et de l’apartheid, s’est développée une configuration rhétorique dont la thématique centrale est l’identité culturelle. Ce courant s’appuie, avons-nous dit, sur trois béquilles: la race, la géographie et la tradition.