Catégories
presse

Le Black Power et ses “amis” : Violence sans théorie et théorie sans violence

Articles parus dans Le Prolétaire, n° 54, mai 1968

Following looting in the area, pedestrians drag debris from the street in front of a city bus at the intersection of West Madison Avenue and Oakley Boulevard during the West Side Riots, Chicago, Illinois, early April 1968. The riots, which began in the aftermath of the assassination of Martin Luther King Jr, caused widespread property damage (estimated at more than 10 million dollars), left thousands homeless and hundreds injured, and resulted in the deaths of 11 people. (Photo by Robert Abbott Sengstacke/Getty Images)

Dans presque toutes les villes des Etats-Unis ont éclaté des révoltes noires qui témoignent de la faillite de l’ “American way of life”. En effet, la “prospérité” a toujours pour base, sous le régime capitaliste, l’exploitation des travailleurs. Dans l’approche de la crise mondiale, cette exploitation s’appesantit et les couches ouvrières les plus défavorisées ressentent les premières cette aggravation.

Catégories
revues

Problèmes du racisme et du chômage

Article paru dans les Cahiers du communisme de conseil, n° 12, novembre 1972, p. 41-47

Newark children pass National Guardsman during riots. (Photo by Mel Finkelstein/NY Daily News Archive via Getty Images)

Chaque année, à la suite des violentes émeutes qui secouent sporadiquement la plupart des grandes villes et les campus universitaires des U.S.A., la presse parle sans cesse des “pauvres noirs” et de “l’inique discrimination” dont ils sont victimes. La bourgeoisie s’apitoie d’autant plus hypocritement sur le sort tragique de millions de travailleurs noirs, jamaïcains ou mexicains, qu’elle est directement à l’origine, par toute son organisation sociale, de leur déchéance. Toujours selon les journaux à grand tirage, il s’agirait d’un problème exclusivement “racial”.

Catégories
presse

L’évolution des Blacks Panthers

Article paru dans Informations Correspondance Ouvrières, n° 118, juin 1972, p. 19-21.

 

 

(d’un camarade des U.S.A. – 2/72)

DU FUSIL A LA CHARITE ORGANISEE

Les Black Panthers ont tourné une page de leur courte, mais tourmentée histoire. Dans une interview accordée au National Observer (12 février) Huey Newton, leader et fondateur du parti, a solennellement défini la nouvelle politique de son organisation : “Nous avons abandonné les discours sur le pouvoir du fusil ; ils nous ont coûté environ 40 morts et ont envoyé des centaines des nôtres en prison. Notre but est maintenant d’organiser les quartiers noirs politiquement. Cela demande de l’argent et nous avons eu à trouver la bonne tactique”.