Catégories
presse

Algérie : Islamisme et violence des origines à aujourd’hui

Article paru dans Courant alternatif, n° 45, janvier 1995, p. 27-30

THE ELECTORAL CAMPAIGN IN ALGERIA (Photo by © Patrick Robert/Sygma/CORBIS/Sygma via Getty Images)

L’islamisme algérien n’est pas neuf. Cependant, son organisation sous forme de parti à partir de 1989 a considérablement modifié la donne politique. En effet, elle a mis le pouvoir à portée de sa main, écartant pour un temps les tenants de la voie armée.

Catégories
presse

Socialisme international et le voile : Les sociaux-démocrates du « troisième camp » à la traîne des islamistes

Article paru dans Le Bolchévik, n° 132, mars-avril 1995, p. 10-11

Islam and western advertisements in the Egyptian capital of Cairo, A veiled female Moslem is standing in front of a bus that is passing by. (Photo by Ulrich Baumgarten via Getty Images)

La destruction contre-révolutionnaire de l’Union soviétique a provoqué une sérieuse désorientation au sein des organisations soi-disant de gauche. Beaucoup d’entre elles, sous la pression de la guerre froide, avaient déjà avalé l’antisoviétisme impérialiste, utilisant comme excuse la dégénérescence bureaucratique de la Révolution russe sous le régime stalinien. Mais peu pouvaient rivaliser avec la stalinophobie enragée de la tendance internationale dirigée par Tony Cliff, qui est basée en Grande-Bretagne sur le Socialist Workers Party (SWP) et qui a pour organisation en France Socialisme international (SI). Les cliffistes avaient salué l’arrivée au pouvoir de la contre-révolution d’Eltsine rien moins que comme « la Révolution russe de 1991 » ! Aujourd’hui qu’ils n’ont plus pour boussole la haine pour ce que les impérialistes appelaient l’« empire du mal », ils sont sous l’emprise d’un engouement étrange pour les intégristes islamiques. Leur section américaine, l’International Socialist Organization (ISO), s’est mise à appeler à des meetings avec des titres comme : « L’intégrisme islamique : anti-impérialiste ou réactionnaire ? » Le tract d’appel d’un meeting d’ISO du 22 novembre dernier à Berkeley déclarait : « L’islamisme […] doit être transformé en une perspective socialiste révolutionnaire indépendante. »

Catégories
interventions

Invitation à “Signes des temps”, dimanche 15 novembre à 12h45

J’ai le plaisir d’informer mes amis et lecteurs que je serai l’invité de Marc Weitzmann pour son émission Signes des temps diffusée ce dimanche 15 novembre, de 12h45 à 13h30 sur France Culture.

Catégories
revues

Luiza Toscane et Nadia Tlili : Femmes, féminisme et islamisme

Article de Luiza Toscane et Nadia Tlili paru dans Inprecor, n° 422, mars 1998, p. 29-31

DEU, Germany, Dortmund, 1998: Milli Goerues event in the Westfalen Stadium.- A German Moslem. (Photo by Yavuz Arslan/ullstein bild via Getty Images)

La question des femmes et de l’islamisme est emblématique à plusieurs titres. D’abord parce que c’est bien autour du rôle social de la femme, de sa sexualité et de son corps que s’articule une grande partie du discours islamiste. Ensuite parce que c’est à travers les femmes que ce courant a acquis une visibilité politique. Enfin parce que la question des « droits des femmes » a été instrumentalisée par des régimes autoritaires pour légitimer leur guerre ouverte contre l’islamisme, régimes dont l’engagement féministe est plus que douteux. Dans ce contexte propice à toutes les ambiguïtés et toutes les récupérations, formuler un positionnement féministe et révolutionnaire n’a rien d’évident. Cet article ne vise évidemment pas à proposer des réponses élaborées et cohérentes, mais à montrer qu’on sous-estime souvent la complexité des problèmes et des solutions.

Catégories
interventions

Islamisme : entretien avec Kévin Boucaud-Victoire pour “Marianne”

J’ai accordé un entretien au journaliste Kévin Boucaud-Victoire pour l’hebdomadaire Marianne sur les controverses autour de l’islamisme en France. Le texte a été mis en ligne hier sous le titre « Complaisances avec l’islamisme : ‘Toutes les forces politiques sont responsables du marasme ambiant’ ».

Marche contre l’islamophobie, 10 novembre 2019. © Hans Lucas via AFP

En voici la présentation par le site internet du magazine :

Docteur en science politique et auteur de deux essais, dont un sur l’usage politique de la place des musulmans dans la société française, Nedjib Sidi Moussa examine la complaisance des organisations de gauche comme de droite vis-à-vis de l’islamisme.

Dans La Fabrique du musulman (Libertalia, 2017), sous-titré “essai sur la confessionnalisation et la racialisation de la question sociale“, Nedjib Sidi Moussa met en lumière l’essentialisation des “musulmans”. Selon lui, celle-ci est surtout le fait de l’extrême droite identitaire mais aussi de mouvements communautaristes, comme le Parti des indigènes de la République (PIR) ou le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), soutenus par une partie de la gauche. Alors que l’assassinat de Samuel Paty, enseignant dans un collège à Conflans-Sainte-Honorine, a relancé le débat sur la responsabilité de la gauche (ou de “l’islamo-gauchisme”) dans la montée de l’islamisme, nous avons choisi de nous entretenir avec lui.

Catégories
publications

Attentats en France : “Je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle avec l’Algérie…”

Mon dernier texte intitulé « Attentats en France : “Je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle avec l’Algérie…” » a été mis en ligne hier sur le site de Middle East Eye.

Un policier français monte la garde devant l’Opéra Comédie à Montpellier le 21 octobre 2020, dont la façade affiche le portrait de Samuel Paty, en hommage au professeur décapité pour avoir montré des caricatures du prophète Mohammed en classe (AFP)
Catégories
presse

L’Algérie après les accords avec le FMI

Article paru dans Le Prolétaire, n° 426, avril-mai 1994

Family living outside in Belcourt Algiers Neighborhood. (Photo by Nacerdine ZEBAR/Gamma-Rapho via Getty Images)

Les autorités algériennes ont finalement signé l’accord avec le FMI, après des mois de tergiversation. Pendant longtemps elles ont espéré que la reprise de l’économie mondiale entraînerait une hausse des cours du pétrole et du gaz (les seules exportations algériennes notables), ce qui aurait augmenté les recettes de l’Etat et lui aurait permis de faire face à ses échéances (les paiements des intérêts de sa dette extérieure). Hélas ! la reprise économique est hésitante et au lieu de monter, le prix du pétrole a plongé : dès lors l’Etat algérien courrait à la faillite. Selon les chiffres de la Banque Mondiale, alors qu’en 1993 le paiement de la dette a absorbé 75% des recettes à l’exportation, la chute de 20% des prix du pétrole ne permet d’espérer que 8 milliards de dollars de recette en 1994, alors que l’Algérie doit débourser cette année 9,4 milliards de dollars (1).

Catégories
revues

Dossier : Féminisme et islamisme

Dossier paru dans Inprecor, n° 284, 20 mars 1989, p. 12-19

Women weaving carpets, Central Anatolia, Turkey, 1989. (Photo by Dario Mitidieri/Getty Images)

FEMMES-TURQUIE

AVANT LE COUP D’ÉTAT de septembre 1980, des milliers de femmes militaient dans les rangs de groupes de gauche et d’extrême-gauche, aussi bien que dans les groupes intégristes et fascistes. Mais la question de l’oppression des femmes n’avait jamais été réellement discutée, étant soit simplement ignorée, soit reléguée au second plan au nom d’autres “priorités”. Ce n’est qu’avec l’apparition d’un mouvement autonome des femmes, au milieu des années 80, que cette question a pu s’imposer à l’ordre du jour, grâce, notamment, à des publications féministes comme Kaktüs ou Feminist .

Catégories
revues

Souad Benani : France. L’intégrisme islamiste, une menace mortelle pour les femmes

Article de Souad Benani paru dans Inprecor, n° 389, mars 1995, p. 22-25

DEMONSTRATION FOLLOWING THE MURDER OF CHEIKH SAHRAOUI IN PARIS (Photo by Maher Attar/Sygma via Getty Images)

La montée de l’intégrisme islamiste au Maghreb, principalement en Algérie, constitue un péril mortel pour les femmes de ces pays. Les assassinats de femmes, certaines exécutées publiquement pour avoir refusé de porter le voile islamique ou pour être sorties bras nus, se comptent par centaines. Enlèvements, viols collectifs, égorgements sont, pour les femmes, l’actualité ordinaire d’un pays déchiré entre la dictature sanguinaire des actuels dirigeants de l’armée et les abominations des intégristes. L’évolution de la situation en Algérie ne peut manquer de retentir sur la situation de l’émigration en Europe et particulièrement en France où la population d’origine algérienne est nombreuse (800 000 Algériens plus tous ceux qui, même de nationalité française, se sentent des liens étroits avec leur pays d’origine).

Catégories
publications

Après l’assassinat de Samuel Paty : émoi légitime, décence ordinaire et problème islamiste

Mon dernier texte intitulé “Après l’assassinat de Samuel Paty : émoi légitime, décence ordinaire et problème islamiste” a été mis en ligne aujourd’hui sur le site de Middle East Eye.

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand observe une minute de silence en hommage à Samuel Paty, le 20 octobre 2020 (AFP)
Catégories
revues

Mohammed Harbi : Le linceul de la liberté

Article de Mohammed Harbi paru dans Critique Communiste, n° 91, décembre 1989, p. 19-20

Demonstration to support the Muslim Creil school girls wearing headscarves In Paris, France On October 22, 1989. (Photo by Georges MERILLON/Gamma-Rapho via Getty Images)

LE PROBLEME conjoncturel d’autoriser ou non le voile à l’école entraîne des réponses qui peuvent être contraires sur la base de principes identiques. Ce qui les distingue, c’est la stratégie la plus efficace pour soustraire les enfants à l’influence du prosélytisme des islamistes.

Catégories
presse

Les trotskystes algériens et le coup d’Etat

Article paru dans Le Prolétaire, n° 415, mars-avril 1992, p. 8

L’armée dans les rues d’Alger après la démission du président algérien Chadli Bendjedid le 13 janvier 1992 à Alger, Algérie. (Photo by Jean-Michel TURPIN/Gamma-Rapho via Getty Images)

Le drame de la situation en Algérie est que dans cette période où les conditions sociales et économiques sont très tendues, la classe ouvrière n’a pas eu la possibilité d’apparaître comme une force indépendante avec ses objectifs propres, capable d’apporter sa solution aux masses souffrant sous le joug du capitalisme. Et c’est au contraire la réaction islamique anti-prolétarienne qui a en grande partie réussi à capter le mécontentement social et à apparaître comme le porte-parole et le défenseur des masses énormes de chômeurs, de couches petites-bourgeoises prolétarisées, de petits fonctionnaires et de travailleurs aux salaires rongés par l’inflation.

Catégories
presse

Mohammed Harbi : Il est permis d’interdire

Tribune de Mohammed Harbi parue dans Le Nouvel Observateur, 26 octobre-1er novembre 1989 et reprise dans Les Cahiers d’Article 31, n° 1, premier trimestre 1990, p. 96

A group of Muslim women and children demonstrate in Paris for the right to wear hijabs, traditional Muslim headscarves, in public schools. (Photo by THIERRY ORBAN/Sygma via Getty Images)

Une hypothèse obscurcit le débat actuel sur le port du “foulard”. C’est la confusion faite entre les croyances religieuses de l’islam et l’intégrisme musulman, qui, lui, est une idéologie politique. Ce débat s’inscrit dans la même logique que l’affaire Rushdie.

Catégories
publications

Séparatismes : pourquoi Emmanuel Macron et ses opposants font fausse route

Mon dernier texte intitulé “Séparatismes : pourquoi Emmanuel Macron et ses opposants font fausse route” a été mis en ligne ce matin sur le site de Middle East Eye.

Le développement concomitant de la nébuleuse islamiste et de gangs de narcotrafiquants dans la France périphérique doit surtout interpeller en raison des conséquences en matière de dépolitisation des populations vivant dans ces quartiers fragilisés (AFP)
Catégories
publications

Sarah Hegazy, 30 ans, victime de l’homophobie d’État

Mon dernier texte intitulé “Sarah Hegazy, 30 ans, victime de l’homophobie d’État” a été mis en ligne ce matin sur le site de Middle East Eye.

Avant de mettre fin à ses jours, Sarah Hegazy a laissé un mot : « À mes frères et sœurs – j’ai essayé de trouver le salut mais j’ai échoué » (Twitter)
Catégories
presse

Bras de fer entre le pouvoir et les “Frères Musulmans” : Nous n’avons pas à choisir entre la peste et le choléra !

Article paru dans El-Oumami, n° 4, janvier 1983, p. 2-3

Fondamentalistes musulmans priant au Caire le 4 décembre 1982, Egypte. (Photo by Chip HIRES/Gamma-Rapho via Getty Images)

Le pouvoir a soi-disant décidé de porter un coup sévère aux « Frères Musulmans ». 23 intégristes arrêtés à la suite des affrontements de Ben Aknoun vont passer devant la Cour de sûreté de l’Etat de Médéa. Ils sont inculpés de « Constitution d’organisations subversives », de distribution de tracts portant « atteinte à l’intérêt national » et de “provocations à attroupements”. Par ailleurs, une organisation intégriste vient d’être découverte par le Darak-El-Watani et une trentaine de ses membres ont été arrêtés les 18 et 19 décembre derniers. Des membres de cette organisation auraient ouvert le feu sur des darkis. Les forces de l’ordre auraient découvert dans une carrière de Cap-Djanet « neuf bombes prêtes à l’emploi » ainsi que des armes à feu.

Catégories
presse

Ce que sont les “frères musulmans”

Article paru dans El-Oumami, n° 10, juin-août 1980, p. 16-17

Emblem of the fundamentalist Islamic movement founded in 1928, Society of the Muslim Brothers, on display during a press conference in their Cairo office. (Photo by Maher Attar/Sygma via Getty Images)

Nous avons rappelé dans notre précédent numéro comment les “frères musulmans” ont pu mettre à profit la victoire de la “révolution islamique” en Iran et l’intervention criminelle de l’impérialisme russe en Afghanistan pour apparaître de façon marquée sur la scène politique en Algérie. Les agressions auxquelles se livrent les divers groupes intégristes contre les jeunes qui ne sont pas enthousiasmés par les traditions islamiques réactionnaires ne se comptaient plus ces derniers mois. Lors des manifestations et des grèves qui ont eu lieu récemment en Algérie, les bandes de “frères musulmans” ont été très actives aux côtés des étudiants nationalistes “socialistes-arabes” plus connue sous le nom de “Baath” contre les grévistes et les éléments combatifs (Les interventions à Bab Ezzouar le 24 mai auraient fait une trentaine de blessés).

Catégories
publications

Après l’empire. De la haine, des Juifs et des Algériens en France

Mon texte intitulé “Après l’empire. De la haine, des Juifs et des Algériens en France” a été publié dans le dernier numéro de la revue en ligne Sciences et Actions Sociales.

Catégories
livres

François : Le salut sous les décombres. Réflexions sur la montée en puissance des islamistes en Algérie

François, Le salut sous les décombres. Réflexions sur la montée en puissance des islamistes en Algérie, août 1990

Abassi Madani, leader du FIS (Front islamique du salut) au volant de sa Mercedes le 15 juin 1990 à Alger, Algérie. (Photo by SIDALI-DJENIDI/Gamma-Rapho via Getty Images)

“Je suis venu pour détourner du troupeau beaucoup de brebis. Il faut que la foule et le troupeau soient irrités contre moi. Zarathoustra veut que les bergers voient en lui un brigand.
J’ai dit : les bergers. Mais eux se nomment les fidèles de la vraie foi. J’ai dit : les bergers. Mais eux se nomment les bons et les justes.
Voyez-les ces bons et ces justes ! Quel est celui qu’ils haïssent le plus ? C’est celui qui brise leurs tables de valeur, le casseur, le criminel.
Or, celui-là, c’est le créateur.”

NIETZCHE

En partant pour l’Algérie, je me posais des questions très concrètes : qu’est-ce au juste que l’islamisme, quelle est la force de ce mouvement, et à quoi tend-il ? Mais je m’interrogeais aussi et m’interroge toujours sur le rôle historique de la religion comme force d’organisation et de régulation sociale. Car je ne suis pas de ceux qui s’imaginent que Dieu est mort. Dans les pays développés, on s’est contenté de les laisser pourrir dans un coin, et l’on adore le Vide et à Sa place (1). Dans les pays pauvres, on reste fidèle à la Tradition, et l’on est chrétien, musulman, hindouiste, bouddhiste, ou animiste de père en fils. D’un côté comme de l’autre, au Nord comme au Sud, la situation n’est pas brillante ! La religion “se réalise” un peu partout, et elle “se réalise”, comme presque (2) toujours, en dressant les peuples les uns contre les autres. Ce qui entrave pour longtemps encore le développement de la lutte et de la conscience révolutionnaire, l’affirmation des individus prolétarisés comme négation de toutes les classes.

Catégories
presse

Algérie : Le FIS au secours de l’ordre bourgeois

Article paru dans Le Prolétaire, n° 407, juillet-août-septembre 1990

On left: Abbasi Madini and Ali Belhadj speaking , two leaders of Algerian FIS party (Islamic Front of Salvation). (Photo by SIDALI-DJENIDI/Gamma-Rapho via Getty Images)

L’Algérie, avec un capitalisme soumis aux aléas du cours du baril de pétrole, avec une démographie galopante et une urbanisation de plus en plus grande (qui traduit la prolétarisation croissante de la population et la transformation des petits paysans en travailleurs des villes), est une poudrière sociale permanente. Le FLN après 28 ans de pouvoir, n’a pu apporter aucune solution aux problèmes les plus élémentaires de la classe ouvrière.

Catégories
presse

Algérie : F.L.N. – F.I.S. unis contre le prolétariat

Article paru dans Communisme, n° 43, mai 1996, p. 29-39

Meeting de soutien au mouvement politique algérien : F.I.S. (Front Islamique du Salut) à Trafalgar Square, Londres. (Photo by Matthew Polak/Sygma/Sygma via Getty Images)

Introduction

Les affrontements de ces dernières années en Algérie ne peuvent pas être séparés de leur contexte international et plus particulièrement de la situation en Iran, aux Moyen et Proche Orients ni de ce qui se passe dans l’ensemble de l’Afrique du Nord.

Catégories
presse

Paul Thibaud et Pierre Vidal-Naquet : “Le combat pour l’indépendance algérienne : une fausse coïncidence”

Entretien de Paul Thibaud et Pierre Vidal-Naquet,  “Le combat pour l’indépendance algérienne : une fausse coïncidence”, propos recueillis par Daniel Lindenberg et Olivier Mongin, Esprit, janvier 1995, p. 142-152.

 

 

PIERRE VIDAL-NAQUET – J’ai jadis, dans Vingtième Siècle, proposé une tripartition des engagements intellectuels durant la guerre d’Algérie.

 

Il y avait d’abord ceux que j’appelle les « dreyfusards » — en disant cela, je ne me pose pas personnellement en pur dreyfusard —, c’est-à-dire ceux qui parlaient du salut éternel de la France. Il y avait ensuite les « bolcheviques » qui voyaient la Révolution algérienne à l’image de la Révolution d’octobre : pour eux le mouvement révolutionnaire était indissociable d’un parti jacobin qui devait en incarner la tête. Certains pensaient même que la résistance à la guerre d’Algérie pouvait représenter le noyau d’un parti révolutionnaire en France. Enfin, troisième catégorie, il y avait les « tiers-mondistes » pour lesquels l’Algérie était le noyau historique d’une résurrection autonome de valeurs révolutionnaires : c’était l’Algérie des « damnés de la terre » de Frantz Fanon, qui prenaient dans le contexte une valeur quasi christique.
Catégories
livres

Mohammed Harbi : La condition de la femme dans l’islam

Extraits de l’avant-propos de Mohammed Harbi à Mansour Fahmy, La condition de la femme dans l’islam, Paris, Allia, 1990, p. 9-15.

 

 

Ce livre n’est pas un pamphlet destiné à dénoncer la condition faite aux femmes dans les sociétés musulmanes, mais une thèse soutenue à la Sorbonne en 1913 dans un temps où la thèse devait être un travail scientifique appuyé par une érudition rigoureuse. Il aurait pu disparaître dans les décombres de la production universitaire, et son auteur tomber dans l’oubli comme des milliers d’autres docteurs, si les gardiens de l’ordre traditionnel ne l’avaient mis en lumière en le clouant au pilori.

Catégories
évocations presse

Rachid Mimouni : L’Algérie traumatisée

Extraits de l’entretien de Rachid Mimouni avec Thierry Fabre et Olivier Mongin, Esprit, n° 152-153, juillet-août 1989, p. 72-74.

 

 

Olivier Mongin : Est-ce que ce retour à une mémoire que tu revendiques sans nostalgie peut être partagé par le jeune urbain qui a rompu tous les fils avec le passé ? La jeunesse algérienne est-elle capable de faire ce travail de mémorisation ?

Rachid Mimouni : Capable je ne sais pas, mais je crois que ce travail de mémorisation est nécessaire parce que cette jeunesse est complètement déboussolée et sans racines.

Catégories
livres

Abderrahim Lamchichi : Islam, islamisme et modernité

Extraits d’Abderrahim Lamchichi, Islam, islamisme et modernité, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 40-41.

 

2738430708r[1]

 

Dans ce débat, la responsabilité des intellectuels issus des sociétés arabo-musulmanes est immense pour contribuer à la critique radicale, sans mépris mais sans complaisance, des présupposés de l’idéologie religieuse dominante, véhiculée par les représentants de l’islam officiel, et surtout des dérives de l’islamisme radical. Cette critique est absolument indispensable pour permettre de desserrer l’étau de la double dépendance dans laquelle toute référence idéologique à l’identité culturelle ou religieuse – qui n’est pas librement consentie et assumée – inscrit l’individu : celle du groupe et celle d’un système clos de représentations qui lui interdisent d’entrevoir d’autres valeurs et empêchent toute percée de l’imagination.

Catégories
livres

Mohamed-Chérif Ferjani : Islamisme, laïcité et droits de l’Homme

Extraits de Mohamed-Chérif Ferjani, Islamisme, laïcité et droits de l’Homme. Un siècle de débat sans cesse reporté au sein de la pensée arabe contemporaine, Paris, L’Harmattan, 1991

Rabah Kebir & Abdelkader Hachani, FIS (Front Islamique du Salut) algerian islamic party leaders. (Photo by SIDALI-DJENIDI/Gamma-Rapho via Getty Images)

Sur les mouvements islamistes et la xénophobie, p. 26-27 :

Nous verrons en quoi les mouvements islamistes ne sont que l’expression renouvelée d’une réaction passéiste et xénophobe qui a toujours hanté la pensée arabo-musulmane et qui a pris de l’ampleur chaque fois que la crise, le “désenchantement” et le désespoir lui ont préparé le terrain.

Catégories
presse

Paul Thibaud : La période des drapeaux est terminée

Extraits d’un article de Paul Thibaud paru dans Esprit, n° 145, décembre 1988, p. 19-21

Soldiers with the Algerian armed forces patrol the streets of Algiers in military tanks after riots broke out, instigated by rising food prices in a country with an unemployment rate of more than 18%. Islamic fundamentalist demonstrations and riots against Algerian President Chadli Bendjedid were severely repressed by the military, which killed hundreds of young urban poor civilians seeking work, decent housing, and public services. The riots were the most serious since Algeria gained independence in 1962. (Photo by © Patrick Robert/Sygma/CORBIS/Sygma via Getty Images)

La révolte des jeunes Algériens, la répression brutale qui leur a d’abord répondu, puis les réformes ébauchées ont trouvé les intellectuels français singulièrement impréparés. Parmi d’autres réactions désolantes, la plus cocasse restera celle de Gisèle Halimi dans Libération (13 octobre) : elle ne savait pas que l’Algérie était une dictature ! elle n’en a été avertie que « très tard et très mal » par ses « amis algériens », « qui étaient au pouvoir ». Doit-on comprendre que la gauche mondaine ne s’informe que dans les cocktails ? Soyons plutôt honnêtes: tout le monde savait et tout le monde s’en fichait! La cause dont l’intelligentsia française s’était fait jadis un emblème, elle lui était devenue quasi indifférente. Ce que la déclaration laborieuse de quelques ex-121 ne saurait dissimuler. Ces héros se sont relus ; aujourd’hui comme hier, profèrent-ils, « la cause du peuple algérien est celle de tous les hommes libres ». Cette superposition du présent et du passé suggère que le combat des jeunes Algériens est le même que celui de leurs pères, il y a trente ans, et qu’à une génération d’intervalle ils trouvent à l’extérieur les mêmes valeureux alliés, toujours aussi fermes sur les principes. (…)

Catégories
rectifications

Mise au point : A propos d’un livre sur le MNA (2008)

Nedjib SIDI MOUSSA

doctorant en science politique

Université Paris 1

Paris, le 3 juin 2008

Il y a quelques jours est sorti aux éditions de L’Harmattan, dans la collection du CREAC dirigé par Jacques Simon un ouvrage signé par ce dernier et auquel mon nom est associé. Je tiens par cette lettre à affirmer que je n’ai signé aucun document ou contrat d’édition concernant un livre de cette nature et je ne peux donc en cautionner ni la forme ni le contenu dont certains aspects ne sont pas sans poser des problèmes méthodologiques et philosophiques.