Catégories
presse

Sénégal : la majorité de la direction du M.S.D. réaffirme ses liens avec la IVème Internationale (CIR) et une politique conforme aux traditions du mouvement ouvrier et des peuples

Textes parus dans Tribune internationale, n° 51, septembre 1989, p. 22-24

Manifestation d’intégristes musulmans contre le livre de Salman Rushdie ‘Les versets sataniques’ à Paris le 26 février 1989, France. (Photo by Mohammed LOUNES/Gamma-Rapho via Getty Images)

On trouvera ci-dessous de larges extraits de la résolution intitulée “A toutes les militantes et tous les militants du M.S.D.” adoptée à Dakar le 9 août 1989 par une large majorité du Secrétariat politique permanent du Mouvement pour le socialisme et la démocratie (Sénégal). Dans le précédent numéro de Tribune Internationale (No. 50 de Juillet 1989), nous avions publié la résolution adoptée par le Conseil général de IVème Internationale (CIR) en mai 1989. Cette résolution, après avoir constaté l’absence de Mamadou Dia, régulièrement invité à cette réunion, rappelait la position de principe de la IVème Internationale (CIR) sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, de la religion comme affaire privée et de la politique. Ce rappel avait été rendu nécessaire par les prises de position de Mamadou Dia, président du M.S.D., au sujet de “l’affaire Rushdie” (voir le même numéro 50 de Tribune Internationale).

Catégories
presse

Affaire Rushdie

Textes parus dans Tribune internationale, n° 50, juillet 1989, p. 24-27

DEMONSTRATION AGAINST SALMAN RUSHDIE IN BEIRUT (Photo by Maher Attar/Sygma via Getty Images)

Sur l’affaire Rushdie

La situation en Iran et la prise de position de Khomeiny

Comme on le sait, c’est avec l’intervention de l’Imam Khomeiny (et celle de l’Etat iranien en tant que tel) que l’affaire Rushdie prend une ampleur mondiale, fait les gros titres de tous les journaux, entraîne des conséquences diplomatiques (rupture des relations diplomatiques de l’Iran avec l’Angleterre, etc…)

Catégories
presse

In defence of “blasphemy”. Bloody Inquisition stalks Salman Rushdie

Article paru dans Workers Hammer, No 106, April 1989, p. 1-3

Manifestation anti Rushdie in London, United Kingdom on May 27, 1989. (Photo by Marc DEVILLE/Gamma-Rapho via Getty Images)

Salman Rushdie wrote The Satanic Verses for the Asian population of Britain. It is a scathing indictment of that experience in Mrs Torture’s nasty, racist society. It does not alibi, either, the hideous oppression in those societies from which the Asian immigrants came – products of British colonial rule and the Zias, Gandhis and the rest who then took over. A work of secular humanism, The Satanic Verses is not only anti-racist but also anti-sexist, unsparing in its criticism of the barbaric treatment of women under orthodox Hinduism and fundamentalist Islam. Rushdie is irreligious in a profound way, and thus has earned denunciation from all the forces of bourgeois/clerical reaction – not only the imams, but the Archbishop of Canterbury, the pope, the French cardinal Decourtray have denounced this “blasphemy”. Meanwhile, the race-hating fascistic scum moved in on the backlash afforded by the Muslim fundamentalist book burners to step up attacks on Asians: National Front graffiti daubed on shops and homes now add an obscenely incongruous slogan for these race-hate terrorists: “Leave Rushdie in peace”.

Catégories
presse

Khomeini’s blood terror targets Salman Rushdie

Article paru dans Workers Hammer, No 105, March 1989, p. 12-9

Tehran, Iran: Young students march in the streets of Tehran chanting, ‘Death to Salman Rushdie and America’ while holding posters of Ayatollah Khomeini and Salman Rushdie, condemning him to death. Thousands of people demonstrated in Tehran after a religious decree or “Fatwa” was issued by Ayatollah Khomeini, calling Salman Rushdie a blasphemer and his book the Satanic Verses an insult to Islam and Prophet Mohammad, and therefore condemned to death. (Photo by Kaveh Kazemi/Getty Images)

CENSORSHIP BY ASSASSINATION

When Ayatollah Khomeini issued his decree of death against novelist Salman Rushdie and the Viking/Penguin publishers of his Satanic Verses, a shudder spread around the world. Here was the ultimate statement of theocratic totalitarianism: not only must the book be banned, but its author executed for the “crime” of having written it. It was a throwback to the days when heretics were burned at the stake and witches boiled in oil. Suddenly the dark past of the Inquisition was no further than the local shopping centre. There it was, the benighted superstition of the Middle Ages in the middle of the Computer Age.

Catégories
presse

Let ‘Satanic Verses’ be read!

Article paru dans Workers Hammer, No 104, February 1989, p. 1-9

Muslims praying on Westminster Bridge, London, UK 1989. Near the Houses of Parliament during an anti-Salmon Rushdie demonstration after the publication of The Satanic Verses.

On 14 January, 1500 Muslim fanatics gathered in front of the town hall in Bradford, West Yorkshire and burnt copies of Salman Rushdie’s Satanic Verses. It grotesquely recalled the medieval Christian inquisition and book-burning orgies of Hitler’s stormtroopers. Confirming the controversial novel’s characterisation of the fundamentalist motto “Burn the books and trust the Book”, the protesters accused Rushdie’s latest book of blasphemy. Leading them all was an unholy alliance of Bradford’s Council of Mosques and prominent Labour Party councillors, including ex-mayor Mohammed Ajeeb. One book-burner vowed, “Our next move will be to ensure the book is banned in the whole world. If he [Rushdie] comes here, I tell you he will be dead” (Independent, 21 January). Another demonstration in London two weeks later brought out large numbers of Muslims – reportedly overwhelmingly male – to protest the book. This frenzy of Islamic fundamentalism could provoke a wider racist backlash engulfing fundamentalist and secular minorities alike. Down with religious obscurantism! Let Satanic Verses be read!

Catégories
presse

Rushdie ne doit pas être réduit au silence ! Marxisme et religions

Article paru dans Le Bolchévik, avril 1989, p. 4-5 et 14.

DEMONSTRATION AGAINST SALMAN RUSHDIE IN PARIS (Photo by Alain Nogues/Sygma/Sygma via Getty Images)

30 mars – Depuis bientôt deux mois, un homme vit terré quelque part dans la campagne anglaise. Dans le monde entier, des milliers d’autres hommes, qui ne l’ont jamais vu, qui ne savent pas qui il est, ont juré de sacrifier leur vie pour l’assassiner, parce qu’il a écrit un livre qu’ils ne liront jamais et qui décrit l’expérience douloureuse des immigrés indiens et pakistanais dans la Grande-Bretagne raciste de Thatcher.

Catégories
presse

“Les Versets sataniques” doivent être traduits et publiés !

Article paru dans Le Bolchévik, n° 91, mars 1989, p. 5

Indian Moslem writer Salman Rushdie in cluttered study going through book before going into hiding after writing SATANIC VERSES for which the Ayatollah Khomeini would soon sentence him to death. (Photo by Terry Smith/The LIFE Images Collection via Getty Images/Getty Images)

24 février – La mobilisation réactionnaire autour du roman de Salman Rushdie, les Versets sataniques, jugé « blasphématoire » par Khomeiny, est devenue en quelques jours un monstrueux délire meurtrier. A peine les derniers soldats soviétiques partis d’Afghanistan, les intégristes islamistes se sont senti le vent en poupe. L’imam Khomeiny avait déjà préparé le Xe anniversaire de son régime obscurantiste par le massacre de milliers d’opposants iraniens dans ses prisons. Aujourd’hui, le maître de Téhéran vient de lancer l’ordre ahurissant de traquer et tuer Salman Rushdie et ses éditeurs, avec en prime un à trois millions de dollars et la promesse d’être élevé à la condition de « martyr »… « La flèche est déjà lancée vers son objectif », déclare un de ses lieutenants. Et ces fous de dieu ne plaisantent guère !

Catégories
presse

A bas les versets hypocrites de la bourgeoisie !

Article paru dans Le Prolétaire, n° 400, février-mars-avril 1989, p. 2

Demonstrators in Tehran call for the death of Indian-British writer Salman Rushdie after a fatwa was issued by Ayatollah Ruhollah Khomeini condemning him to death for blasphemy after the publication of his novel ‘The Satanic Verses’, February 1989. The women are holding models of the Holy Qur’an and carrying a banner reading ‘We will kill Salman Rushdie’. (Photo by Kaveh Kazemi/Getty Images)

Le livre de Salman Rushdie est l’occasion d’une furieuse bataille de propagande, ou, de part et d’autre, tous les versets de l’idéologie bourgeoise sont utilisés à fond pour bourrer le crâne de la population et la mobiliser en soutien des classes dominantes et de leurs Etats. Passons en revue toutes ces canailles qui font dans cette affaire assaut d’hypocrisie.

Catégories
presse

John Barrett: “The Tigers of Wrath”

Article de John Barrett paru dans Here and Now, no. 9, 1989, p. 3-5

Muslims marching along street, Peter’s street Derby, protesting against Salman Rushdie’s book The Satanic Verses, 15th March 1989. (Photo by Staff/Mirrorpix/Getty Images)

After a brave foray into leafleting a Leeds March, John Barrett examines he Muslim mobilisation against the “Satanic Verses” and the liberal Rationality enshrined in Western notions of ‘freedom’.

Catégories
presse

A Blasphemous Arrow of Retribution

Article paru dans Wildcat, no. 13, Summer/Autumn 1989, p. 5-6

Copy of Static Verses. March 10, 1989. (Photo by Steven Siewert/Fairfax Media via Getty Images).

And it shall come to pass that I will put thee in the cleft of the rock, and I shall take away my hand, and thou shalt see my back parts.

(God, Exodus XXXIII).

Left Wing Reaction in Britain.

The anti-racist theme of the Satanic Verses gives the lie to those who say that Muslim reaction to the book in Britain is a reaction against racism. It goes without saying that people who call for the banning of an anti-religious and anti-racist novel are as reactionary and dangerous as right-wing Christian scum who prosecute gay newspapers. This includes Bernie Grant, Keith Vaz and other Labour MPs. These people are the allies of the Islamic leaders, who defend a reactionary set of social relations which oppress women, divide the working class, and imprison children who happen to be born of Asian parents in a cultural ghetto, when their interests are in breaking out and becoming integrated into the rest of the working class. Multiculturalism is just another racist ideology.

Catégories
presse

Correspondence: The Satanic Verses Affair (2)

Lettre d’A. El Noor parue dans Solidarity. A Journal of Libertarian Socialism, 24, Summer 1990, p. 15-16

01/03/1989. “LES VERSETS SATANIQUES” DE S.RUSHDIE. (Photo by Pool LOUNES/VIOUJARD/Gamma-Rapho via Getty Images)

Obsessed with God’s Will

From A EL NOOR, London:

In my article ‘Who is afraid of Satan?‘ (Solidarity #21), I put forward the following ideas:
1. Capitalist technology undermines all traditional cultures and belief systems; 2. A traditionalist culture or belief system under threat will often defend itself by regressing to fundamentalism; 3. Religious fundamentalism is reactionary – spiritually, culturally, socially and politically; 4. A historical (and psychological) interpretation of religion is an essential component of the struggle against religious fundamentalism; 5. In the absence of a historical interpretation of religion people will accept a religious interpretation of history; 6. Atheist socialists and nationalists in Islamic societies have failed to produce and promote a historical interpretation of Islam; 7. Salman Rushdie’s The Satanic Verses is a contribution to the struggle against Islam, which forms the major obstacle to spiritual, cultural, social and political progress in Islamic societies.

Catégories
presse

Correspondence: The Satanic Verses Affair

Correspondance parue dans Solidarity. Journal of Libertarian Socialism, 22/23, Winter 1989-90, p. 20-22

Indian Moslem writer Salman Rushdie in cluttered study going through book before going into hiding after writing SATANIC VERSES for which the Ayatollah Khomeini would soon sentence him to death. (Photo by Terry Smith/The LIFE Images Collection via Getty Images/Getty Images)

Less than a great historical service

From ALISON WEIR, London:

In an extremely diffuse and ill-thought-out article (‘Who is Afraid of Satan?‘, Solidarity, Autumn 1989), ‘A El-Noor’ purports to address the possibility that Salman Rushdie has “set off a chain reaction of cultural criticism of religion in Islamic countries”. In addition, Rushdie’s The Satanic Verses has apparently “rendered Islamic civilisation a great historical service”. A El-Noor clearly wishes the Islamic countries well, and by ‘well’ he means that they should accommodate their need for scientific knowledge and technological expertise within the framework of Islam, or else abandon Islam. Not a very helpful or illuminating suggestion, if I may say so.

Catégories
presse

A. El-Noor: Who is affraid of Satan?

Article d’A. El-Noor paru dans Solidarity. A Journal of Libertarian Socialism, 21, Autumn 1989, p. 38

Anti Rushdie protestor’s move down St. Peter’s street Derby 15th March 1989. (Photo by Staff/Mirrorpix/Getty Images)

By setting off a chain reaction of cultural criticism of religion in
Islamic countries, writes A EL-NOOR, Salman Rushdie has rendered Islamic civilisation a great historical service

Catégories
presse

Alain : La liberté de sacrilège

Article d’Alain paru dans Informations et réflexions libertaires, n° 81, avril-mai 1989, p. 3

DEMONSTRATION AGAINST SALMAN RUSHDIE IN PARIS (Photo by Alain Nogues/Sygma/Sygma via Getty Images)

Que des écrivains ou des artistes risquent leur vie à cause de ce qu’ils expriment, les replace soudain sur le plan de la commune humanité. La littérature et l’art ne sont pas des souffles agitant l’air de façon inconséquente et intemporelle. Ils sont faits de souffrances et de bonheurs concrets qui engagent la vie de ceux qui en sont les auteurs, comme de ceux qui les apprécient. L’art, en soi, a une valeur subversive, au même titre que la raison qui permet aux individus de ne pas être seulement victimes, mais de porter un regard critique sur ce qu’ils vivent, seul gage que cette vie peut, peut-être, changer.

Catégories
revues

Richard Hoggart : Créateurs sous influence

Article de Richard Hoggart paru dans Lignes, n° 8, 1989/4, p. 21-31

Il serait quelque peu pervers de la part d’un écrivain anglais de parler, aujourd’hui, des droits et des devoirs, des libertés et des responsabilités des artistes de cette fin du XXe siècle, sans faire le point sur l’affaire qui nous préoccupe en Grande-Bretagne depuis déjà six à huit mois (1) : la publication des Versets sataniques, le dernier livre de Salman Rushdie.

Catégories
revues

Pierre Mertens : L’écrivain public n° 1

Article de Pierre Mertens paru dans Lignes, n° 6, 1989/2, p. 29-40

The 14th evening of the “Cesars” in Paris, France in February, 1989 – Claudia Cardinale, Isabelle Adjani, Cesar for the best actress with “Camille Claudel” by Bruno Nyutten, Michel Drucker. On this occasion Isabelle Adjani, voted the best actress for the third time in her career, reads an excerpt from “Vesrets Sataniques” by Salman Rushdie. (Photo by Pool ARNAL/SIAUD/Gamma-Rapho via Getty Images)

Bien sûr, l’imam Khomeiny n’a pas lu les Versets sataniques. Depuis quand les tyrans prendraient-ils la peine de lire des romans ?

Son hégémonie se voit, seulement, un peu contestée, depuis quelque temps, au sein du grand empire islamique. C’est à partir de l’automne 88 qu’en Inde, au Pakistan, au Arabie Saoudite, et même à Bradford, en Grande-Bretagne, le livre impie remue les fidèles, et qu’on le brûle publiquement.

Le suprême ayatollah laisserait-il aux sunnites l’initiative de l’intolérance ? Aux Saoudiens qui sont, en priorité, ses rivaux ?

Catégories
revues

Maurice Audebert : Quousque tandem…

Chronique de Maurice Audebert parue dans Raison présente, n° 90, 2eme trimestre 1989, p. 126-128

Protesting Against Salman Rushdie’s book in Paris, France on February 26, 1989. (Photo by Mohamed LOUNES/Gamma-Rapho via Getty Images)

D’après les informations d’hier “les tueurs sont en marche”. J’ignore ce qu’il en sera dans quelques semaines, quand paraîtra cette chronique : peut-être déjà arrivés puisque, par ces temps, la barbarie s’affiche en toute bonne conscience ; sans compter que, comme ils le promettent, si ce n’est pas demain ce sera plus tard car la police se lassera bien un jour de protéger le “criminel”. Salman Rushdie, comme on l’aura compris. D’après ces mêmes informations, un millier de musulmans ont manifesté dans les rues de Paris, et dont certains criaient “à mort !” ; dans la foule, on voyait des gamins, particulièrement véhéments ; sur le petit écran. Monsieur Le Pen, qui se frottait les mains : “ce que vous voyez là, ce n’est que l’avant-garde ; demain ils seront des millions et c’en sera fait de vos libertés.” Pendant ce temps d’autres condamnent mais s’interrogent car il paraît qu’il faut laisser leur chance aux “libéraux” de là-bas.

Catégories
presse

Affaire Rushdie

Dossier paru dans Courant alternatif, n° 85, avril 1989, p. 13-17

Manifestation d’intégristes musulmans contre le livre de Salman Rushdie ‘Les versets sataniques’ à Paris le 26 février 1989, France. (Photo by Mohammed LOUNES/Gamma-Rapho via Getty Images)

L’OCCIDENT DANS TOUS SES ETATS

L’apparent tollé qu’a soulevé en Occident la condamnation à mort de Rushdie par Khomeiny n’est pas la simple conséquence d’une adhésion sans réserve aux libertés, à la démocratie ou à la tolérance. Les mécanismes de l’indignation, la manière dont ils ont fonctionné avec embarras et même avec d’énormes contradictions (nous y reviendrons plus loin), indiquent précisément que l’inconscient collectif occidental a été sérieusement mis à mal par cet épisode.

Catégories
revues

Islam : L’affaire Rushdie

Dossier paru dans Inprecor, n° 285, 3 avril 1989, p. 25-28

British muslims demonstrate at anti-Rushdie rally on May 27, 1989 in London, United Kingdom. (Photo by Marc DEVILLE/Gamma-Rapho via Getty Images)

Rushdie dans la tempête

LES VERSETS SATANIQUES, de Salman Rushdie ont été interdits dans la plus grande partie du monde islamique, et même en Inde et en Afrique du Sud, pays “laïques”. En France notamment, les éditeurs ont “retardé” sa parution, mais dans les pays où il est disponible, malgré (ou à cause) de la campagne pour son interdiction, ou son boycott, les ventes montent en flèche.

Catégories
presse

Mohammed Harbi : Il est permis d’interdire

Tribune de Mohammed Harbi parue dans Le Nouvel Observateur, 26 octobre-1er novembre 1989 et reprise dans Les Cahiers d’Article 31, n° 1, premier trimestre 1990, p. 96

A group of Muslim women and children demonstrate in Paris for the right to wear hijabs, traditional Muslim headscarves, in public schools. (Photo by THIERRY ORBAN/Sygma via Getty Images)

Une hypothèse obscurcit le débat actuel sur le port du “foulard”. C’est la confusion faite entre les croyances religieuses de l’islam et l’intégrisme musulman, qui, lui, est une idéologie politique. Ce débat s’inscrit dans la même logique que l’affaire Rushdie.